"Fendas" un film de Carlos Segundo

Catarina, chercheuse en physique quantique, semble avoir découvert une nouvelle dimension à l’intérieur du spectre sonore. Dès lors, sa perception du monde qui l’entoure ne peut plus être la même.

"Fendas" de Carlos Segundo © Les Valseurs "Fendas" de Carlos Segundo © Les Valseurs
Sortie cinéma du 4 août 2021 : Fendas de Carlos Segundo

À l’heure où le cinéma de genre est enfin reconnu légitimement sur un pied d’égalité avec tout autre film (cf. la Palme d’Or décernée à Titane de Julia Ducournau), il est utile de rappeler que la mise en scène pour créer un espace qui dépasse l’entendement traditionnel immédiat se révèle d’une richesse infinie. Au-delà du président de jury Spike Lee, Titane a été promu par le Brésil par la présence de Kleber Mendonça Filho, membre de jury discret mais non moins impactant dans la décision quand on connaît le renouveau que celui-ci a contribué à apporter au renouveau du cinéma de genre (cf. Les Bruits de Recife et Bacurau). De ce cinéaste très inspiré, Carlos Segundo reprend quelques traits de mise en scène présents notamment dans Les Bruits de Recife pour créer un espace géographique à la fois mystérieux et inquiétant.

Car Fendas tient à une économie de moyens fascinante avec une actrice principale de tous les plans, quelques personnages secondaires transitoires qui tiennent dans les doigts de la main et une manière hallucinante de filmer les espaces qui font naître l’inquiétante étrangeté. La chercheuse et professeure d’université Catarina se retrouve dans une ville fantomatique où sans préalable fantastique, la population semble avoir déserté, ce qui accentue d’autant plus la sensation de profonde solitude éprouvée par la protagoniste au plus profond de sa chair, qu’il s’agisse de ses maux de ventre comme de ses orgasmes sourds. Dans cette quête obsessionnelle et hallucinée d’une vérité au-delà du visible et du sonore, le personnage de Catarina s’inscrit pleinement dans la filiation avec le photographe de Blow up (1966) d’Antonioni et l’ingénieur du son de Blow out (1981) de De Palma, cinéastes tutélaires dont Carlos Segundo a pleinement digéré la subtilité de la force contemplative de leurs images.

Au fil de dialogues finement ciselés pour ne conserver qu’une substantifique moelle flirtant entre une intrigue intimiste et un raisonnement scientifique mis à distance grâce à l’énonciation d’un élève plutôt que la protagoniste, Fendas (littéralement : fentes) réussit à ouvrir la porte sur un autre monde, figuré ici par un au-delà de l’Océan par la force d'images hallucinantes.

 

12456541
Fendas
de Carlos Segundo
Fiction
77 minutes. Brésil, France, 2019.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Roberta Rangel (Catarina), Juliana Nazar, Ruston Liberato, Ernesto Guerra, Henrique Fontes, Vivian Moura, Tiquinha Rodrigues, Robson Medeiros, Pedro Fiuza, Julio Schwantz, Paulo Pascoal
Scénario : Carlos Segundo, Michelle Ferret
Directeur de la photographie : Clóvis Cunha
Montage : Jérôme Bréau, Carlos Segundo
Son: Gustavo Guedes, Leo Bortolin, Pedro Lima
Assistante du réalisateur : Diana Coelho
Directeur artistique : Michelle Ferret
Décors : Mariana Hardi
Production : Aun Filmes, O Sopro do Tempo, Les Valseurs, Casa da Praia
Producteurs : Daniela Aun, Carlos Segundo, Damien Megherbi, Justin Pechberty, Pedro Fiuza
Distributeur (France) : Les Valseurs

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.