Billet de blog 21 juil. 2022

"Mortels barrages" de Carlos Eduardo Mora et Guylaine Roujol Perez

Le caporal Mora depuis deux décennies s'est battu pour dénoncer les crimes de l'armée colombienne autour des « faux positifs » : une pratique ignoble qui consiste à assassiner des jeunes défavorisés en les faisant passer pour des guerilleros afin d'augmenter les statistiques de la guerre contre les groupes armés en Colombie.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Parution du livre Mortels barrages de Carlos Eduardo Mora, Guylaine Roujol Perez

Exilé en France pour protéger sa vie et celle de sa famille en tant que témoin clé dans une affaire d'assassinats de civils opérée par de nombreux membres de l'armée avec la complicité de paramilitaires, Carlos Eduardo Mora livre ici sous la forme d'un témoignage autobiographique son lourd combat. Il montre l'ampleur d'un crime organisé avec la complicité tacite des plus hautes sphères du pouvoir en Colombie dans une salle guerre où la lutte contre les guérillas sert à cachet des crimes impunités à l'égard des populations les plus défavorisées. Dans une logique du chiffre correspondant au nombre de combattants tués, des militaires ont commencé à assassiner des jeunes en les faisant passés pour des guérilleros menaçant la société. Le mode opératoire décrit ici est souvent le même : des jeunes des banlieues des grandes villes auxquels est promis un travail rémunéré, se retrouvent conduits à plusieurs centaines de kilomètres de chez eux pour être assassinés par des militaires et des paramilitaires : leur cadavre est alors habillé d'une tenue de combattants et d'armes à la main pour simuler une attaque. Les corps sont alors classés NN (non identifiés) dans la plus grande impunité. Il a fallu à la fois la mobilisation des mères des enfants assassinés et des témoins des crimes pour éclaircir cette affaire dont les procès mettant en cause des militaires sont encore loin d'être arrivés à leur terme. La justice est délibérément entravée au bénéfice des militaires incriminés et au désespoir des familles des victimes qui doivent maintenir leur lutte depuis plus d'une décennie pour réclamer justice et les restes de leurs proches assassinés.

Carlos Eduardo Mora livre un témoignage chronologique rappelant les difficultés rencontrées en tant que lanceur d'alerte face à un corps d'armée en Colombie toute puissante. Pourtant, en tant que caporal, il n'a cessé de défendre les valeurs d'une armée au service de la population dans une véritable mission de service public. Le retour à la paix en Colombie repose sur de tels témoignages courageux pour faire connaître la vérité quant aux responsabilités durant toutes ces décennies de guerre depuis plus d'un demi-siècle.

Mortels barrages
de Carlos Eduardo Mora et Guylaine Roujol Perez

Nombre de pages : 348
Date de sortie (France) : 30 novembre 2022
Éditeur : Fauves éditions

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié