Billet de blog 21 oct. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

FBAL 2022 : "Argentina, 1985" de Santiago Mitre

En Argentine en 1985, les débuts de la démocratie se veulent un moment fort de rupture avec la dictature militaire. Les procureurs Julio César Strassera et Luis Moreno Ocampo sont chargés d'instruire le dossier d'accusation contre les généraux génocidaires.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Film de clôture de la 31e édition du Festival Biarritz Amérique Latine 2022 : Argentina, 1985 de Santiago Mitre

Depuis son premier long métrage El Estudiante ou récit d'une jeunesse révoltée (2011), Santiago Mitre n'a cessé d'interroger frontalement le sens de l'action politique en Argentine, notamment avec son génial acolyte scénariste et cinéaste démiurge Mariano Llinás (La Flor) à la coécriture de leurs scénarios. Après El Presidente, il retrouve également Ricardo Darín, l'acteur ambassadeur d'un certain cinéma argentin à l'étranger et qui s'implique également dans Argentina, 1985 en tant que producteur. Santiago Mitre réunit ainsi tous ses atouts pour ce film présenté pour la première fois au festival de Venise, qui a fait sa première en clôture du festival de Biarritz et qui se retrouve à partir du 21 octobre diffusé sur la plate-forme Amazon, également producteur.

Illustration 1
"Argentina, 1985" de Santiago Mitre © La Unión de los Ríos

Si l'on connaît plusieurs films à avoir traiter la dictature militaire argentine durant les années 1970, les années qui ont immédiatement suivies avec le retour difficile à la démocratie sont en effet encore rares. Santiago Mitre évite de faire des détours pour traiter le sujet politique qui l'intéresse et choisit comme protagoniste le procureur en charge de l'accusation des généraux génocidaires. Le récit pourrait prendre comme il est évoqué dans le film même les traits d'un Jugement de Nuremberg à l'égard des Nazis, avec le poids du respect de la vérité historique. Cependant, Mariano Llinás et Santiago Mitre, dans leur scénario original, parviennent à s'affranchir du poids de la leçon d'histoire en traitant leurs personnages de manière à refuser à tout moment d'en faire des icônes. Ainsi, même dans les moments les plus tendus, le procureur est traité avec un sens inattendu de l'autodérision voire du grotesque sans pour autant abandonner le sens critique d'une fine et perspicace analyse historique et politique.

Le scénario s'applique méthodiquement à reconstituer les étapes d'un procès qui n'avait rien d'évident à mettre en œuvre : malgré l'ampleur des assassinats, il restait encore beaucoup de complicités du côté des responsables politiques en place dans la récente démocratie. Derrière la trivialité de nombreuses scènes, émerge peu à peu au moment où l'on s'y attend le moins l'ampleur de l'épopée historique notamment avec la force émouvante des Femmes de la Place de Mai qui n'ont jamais cessé de garder la tête haute face à leurs oppresseurs.

Un film de procès qui réussit grâce à une interprétation toujours très inspirée à dépasser les contraintes du genre pour générer une réflexion politique passionnante sur le monde actuel à travers l'héritage des luttes passées.

Argentina, 1985
de Santiago Mitre
Fiction
140 minutes. Argentine, États-Unis, Royaume-Uni, 2022.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Ricardo Darín (Julio César Strassera), Peter Lanzani (Luis Moreno Ocampo), Gina Mastronicola (Verónica), Francisco Bertín (le fiancé de Verónica), Santiago Armas Estevarena (Javier), Alejandra Flechner (Silvia), Paula Ransenberg (Susana), Gabriel Fernández (Bruzzo), Ricardo Truppel (le juge militaire), Ignacio Francavilla (le jeune militaire), Walter Jakob (un juge), Carlos Portaluppi (un juge), Alejo García Pintos (un juge), Pablo Moseinco (un juge), Pablo Caramelo (un juge), Mariano Speratti (un juge), Norman Briski (Ruso), Guillermo Jacubowicz (Hormiga), Martin Gallo (Romero), Claudio Da Passano (Somi), Héctor Díaz (Basile), Fernando Ritucci (Loza), Pablo Burzstyn (Gonzaga), Ricardo Cepeda (l'équipe de la défense), Héctor Ricardo González (l'équipe de la défense), Carlos del Rio (l'équipe de la défense), Rubén Casela (l'équipe de la défense), Ricardo Carranza (l'équipe de la défense), Jorge Gerschman (l'équipe de la défense), Pietro Gian (l'équipe de la défense), Alejo Goyberg (l'équipe de la défense), Luis Lezcano (l'équipe de la défense), Marcelo Pozzi (Videla), Joselo Bella (Massera), Jorge Gregorio (Agosti)
Scénario : Mariano Llinás et Santiago Mitre
Images : Javier Julia
Montage : Andrés P. Estrada
Musique : Pedro Osuna
Designer sonore : Santiago Fumagalli
Réalisateur seconde équipe : Andrés P. Estrada
Superviseur des effets visuels : Leandro Pugliese
Costumes : Mónica Toschi
Décors : Micaela Saiegh
Maquillage : Angela Garacija
Scripte : Gwenn Joyaux
Production : La Unión de los Ríos, Kenya Films, Infinity Hill, Amazon Studios
Producteurs et productrices : Victoria Alonso, Santiago Carabante, Chino Darín, Ricardo Darín, Axel Kuschevatzky, Agustina Llambi-Campbell, Santiago Mitre, Federico Posternak
Productrices exécutives : Stephanie Beauchef, Phin Glynn, Cindy Teperman
Diffusion sur la plate-forme Amazon Prime Video depuis le 21 octobre 2022

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte