" Irmã" un film de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto

Alors que leur mère est hospitalisée dans un état critique, deux sœurs quittent Porto Alegre pour rejoindre leur père qu’elles n’ont pas vu depuis longtemps. Elles découvrent loin de la ville un lieu habité il y a très longtemps par des dinosaures tandis qu’un astéroïde se dirige vers la Terre.

"Irmã" de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto © Wayna Pitch "Irmã" de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto © Wayna Pitch
Sortie nationale (France) du 7 juillet 2021 : Irmã de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto

Dans cette chronique intimiste dont l’histoire rappelle celle de Mon voisin Totoro (1988, Hayao Miyazaki), la complicité entre deux sœurs confrontées à la disparition prochaine de leur mère donne accès à un univers onirique où les forces de la nature sont omniprésentes comme dans Oncle Boonmee (2010) d’Apichatpong Weerasethakul. Comme si au moment où la transmission générationnelle est remise en question, les deux sœurs, mineures, et donc encore sous la responsabilité légale de leurs parents, sollicitaient des forces plus puissantes régissant l’ordre du monde. Cependant, cet aspect fantastique du récit est subordonné à la description psychologique des deux sœurs confrontées à un nouveau cadre de vie où le patriarcat s’affirme dans un retour en force virulent, à l’instar de ce qui s’est déroulé avec l’arrivée à la présidence d’un Bolsonaro qui a certainement nourrit l’écriture du film quelques années avant son tournage.

Ce premier long métrage réalisé par Vinícius Lopes et Luciana Mazeto possède de nombreux points communs avec un autre film brésilien présenté pour la première fois en juillet 2021 à Cannes au sein de la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs : Medusa d’Anita Rocha da Silveira. Les deux films ont ainsi en commun de porter la volonté d’émancipation de jeunes filles brésiliennes dans un cadre qui ne leur est guère favorable et où leur cri libère une énergie de révolte sans commune mesure. Vinícius Lopes et Luciana Mazeto réussissent avec subtilité à insérer les différents niveaux d’appréhension d’un monde en déréliction en multipliant les points de vue subjectifs des protagonistes comme cette notable séquence où la confrontation entre le père et la grande sœur est présentée sous la forme d’une telenovela dans un poste de télévision face auquel la jeune sœur est spectatrice. L’univers de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto est construit sur une connaissance profonde du cinéma dans ses aptitudes à faire émerger d’autres connexions à la réalité immédiate au bénéfice de la mise en scène émouvante d’une complicité entre jeunes sœurs.

 

 

120493224-3435259546510277-3084123563477205586-n
Irmã. Sœurs à la fin du monde
de Vinícius Lopes et Luciana Mazeto
Fiction
88 minutes. Brésil, 2020.
Couleur
Langue originale : portugais

Avec : Maria Galant (Ana), Anaís Grala Wegner (Julia), Felipe Kannenberg (Carlos), Marina Mendo (Irene), Nicholas Perlin (Pedro), Otávio Diello (Ernesto)
Scénario : Vinícius Lopes et Luciana Mazeto
Images : Carine Wallauer
Montage : Luciana Mazeto
Son : Kevin Agnes
Assistant réalisateur : Eduardo Piotroski
Casting : João Pedro Madureira, Leandro Engelke
Décors : Leandro Engelke
Costumes : Gabriela Burck
Production : Pátio Vazio
Producteurs : Jaqueline Beltrame, Leandro Engelke
Productrice exécutive : Jaqueline Beltrame
Distributeur (France) : Wayna Pitch

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.