"Objetos rebeldes" de Carolina Arias Ortiz

La cinéaste et anthropologue Carolina Arias Ortiz revient dans son Costa Rica natal et retrouve son père qu’elle n’avait pas vu depuis plusieurs années et qui doit lutter contre un cancer. Au même moment, elle fait la rencontre d’une archéologue qui lui fait partager sa fascination pour des grandes sphères de pierre aux origines inconnues.

"Objetos rebeldes" de Carolina Arias Ortiz © La Linterna Films "Objetos rebeldes" de Carolina Arias Ortiz © La Linterna Films
Costa Rica Festival International de Cinéma 2021 : Objetos rebeldes de Carolina Arias Ortiz

Au sein de la programmation de la neuvième édition du Costa Rica Festival International de Cinéma 2021 qui s'est déroulé du 10 au 19 juin, se trouvait Objetos rebeldes réalisé par Carolina Arias Ortiz. Autour de ce récit autobiographique qui s’ouvre comme un journal avec la voix off de la cinéaste ouvrant patiemment le chemin de son récit, se joue une rencontre passionnante entre la philosophie immémorielle des traces archéologiques qui traversent le temps et le deuil d’un être cher qui emporte aussi une vérité de soi avec lui. On retrouve ici à l’œuvre dans le magnifique essai filmique de Carolina Arias Ortiz dont l’image est signée par Esteban Chinchilla, le chef opérateur toujours bien inspiré de Viaje (2015) de Paz Fábrega, l’inspiration d’un Patricio Guzmán et de sa trilogie initiée avec Nostalgie de la lumière qui mêlait étroitement politique, histoire, géographie, poésie, astronomie. Avec Objetos rebeldes Carolina Arias Ortiz sollicite le cadre narratif d’un journal intime tout en mêlant le récit anthropologique où les recherches archéologiques d’Iphigenia Quintanilla deviennent à travers sa passion et son inspiration poétique, une philosophie de la vie et du temps qui passe, et amène peu à peu la cinéaste à accepter de réaliser la disparition de son père. Carolina Arias Ortiz démontre ici que réaliser signifie prendre conscience et qu’il n’y a pas besoin d’imaginer une vie extraterrestre pour accepter aussi la mort sur Terre.

La fascination pour ces sphères de pierre présentes en grand nombre au Costa Rica, parfois atteignant plus d’un mètre de diamètre, n’est qu’une porte d’entrée pour saisir ces « objets rebelles » au temps, à la mort et à la destruction, comme ces tessons de poterie qui affirment encore une expression du passé dans leur reconstitution. Cette rencontre miraculeuse entre philosophie existentialiste, archéologie et cinéma, en partant d’une inspiration autobiographique, constitue aussi un objet rebelle au temps et à l’espace en traversant ici les frontières pour témoigner de toutes ses dimensions.

 

 

objetos-rebeldes-115335667-large
Objetos rebeldes
de Carolina Arias Ortiz
documentaire
74 minutes. Costa Rica – Colombie, 2021.
Couleur
Langue originale : espagnol

Scénario : Carolina Arias Ortiz
Images : Esteban Chinchilla Mora
Montage : Ximena Franco
Musique : Grecia Albán Campaña
Son : Richard Cordóba Giraldo, Alexandra Latishev Salazar
Assistant réalisateur : Federico Montero
Production : Mito Producciones, La Linterna Films, Milagros Producciones
Productrices : Alexandra Latishev Salazar, Carolina Arias Ortiz
Coproductrice : Maria Neyla Santamaría Bernal
Producteur exécutif : Federico Montero Coto

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.