Festival de Biarritz 2018 : "Compañeros" d'Álvaro Brechner

Durant la dictature en Uruguay, les membres de la guérilla des Tupamaros ont été emprisonnés comme otages politiques. Parmi ceux-ci José Mujica (président de l'Uruguay de 2010 à 2015), Mauricio Rosencof et Eleuterio Fernández Huidobro ont été durant 12 ans emprisonnés et torturés.

Film en compétition long métrage de la 27e édition du Festival Biarritz Amérique latine 2018

"Compañeros" d'Álvaro Brechner © DR "Compañeros" d'Álvaro Brechner © DR
Après un passage par le festival de Venise sous le titre original La Noche de 12 años, le troisième long métrage d'Álvaro Brechner, après Sale temps pour les pêcheurs (2009) et M. Kaplan (2014, inédit en sortie nationale française) a fait l'ouverture du festival de Biarritz consacré aux cinémas d'Amérique latine sous le titre Compañeros. Le scénario est inspiré des récits réels des prisonniers politiques Tupamaros qui sont restés emprisonnés douze ans durant la dictature en Uruguay, subissant les pires traitements afin de leur faire perdre la raison. Certains d'entre eux poursuivront leurs engagements politiques en Uruguay avec notamment José Mojica qui sera député, sénateur, ministre et président de l'Uruguay. C'est d'ailleurs le talentueux acteur espagnol Antonio de la Torre (Que Dios nos perdone) qui a été choisi pour interpréter Mojica. L'histoire entière suit toutes ces années d'enfermement, démontrant les ressources et l'esprit de résistance de chacun pour échapper à la folie. L'approche du réalisateur est sensorielle pour démontrer ce que signifie cet enfermement dans un cadre kafkaïen où personne ignore combien de temps durera cette humiliation permamenente, quelle en sera l'issue, etc. Cette intention rejoint celle de Hunger de Steve McQueen tout en rendant un hommage universel aux prisonniers politiques. En outre, il manquait aussi au cinéma uruguayen une grande fresque qui dénonce la dictature et l'emprisonnement politique à l'instar de Buenos Aires 1977 (Crónica de una fuga) d'Adrián Caetano pour l'Argentine. Il en résulte une grande fresque historique où le drame continuel laisse aussi la place à des moments ludiques dénonçant l'aberration de l'organisation militaire et à des scènes de modestes inventions pour communiquer et conserver son humanité. Bien que le film cède parfois à des séquences formelles un peu consensuelle, notamment avec une musique orchestrale qui fait perdre de l'intimité à l'ensemble, il n'en reste pas moins un témoignage bouleversant de toute une époque et de son sens de la résistance.

 

 

Compañeros
La Noche de 12 años
d'Álvaro Brechner
Fiction
105 minutes.
Uruguay, Argentine, Espagne, France, 2018.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Antonio de la Torre, Chino Darín, Alfonso Tort, Soledad Villamil, Silvia Pérez Cruz, César Troncoso, Mirella Pascual
Scénario : Alvaro Brechner, d'après le roman “Memorias del calabozo” de Mauricio Rosencof et Eleuterio Fernández Huidobro
Images : Carlos Catalán
Montage : Irene Blecua, Nacho Ruiz Capillas
Musique : Federico Jusid, Silvia Pérez Cruz
Son : Nacho Royo-Villanova, Martín Touron, Eduardo Esquide
Costumes : Alejandra Rosasco
Décors : Laura Musso, Daniela Calcagno
Production : Tornasol Films (Mariela Besuievsky), Haddock Films (Vanessa Ragone), Aleph Media (Fernando Sokolowicz), Manny Films (Birgit Kemner), Salado (Mariana Secco)
Distributeur (France) : Le Pacte

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.