Billet de blog 26 avr. 2022

"El Auge del humano" d’Eduardo Williams

En Argentine, un jeune perd son travail, retrouve ses amis et se connecte avec le Mozambique où des jeunes hommes errent de ci de là partageant les mêmes fourmis sur le sol que celle d’une jeune femme aux Philippines, tous traversant des activités rémunérées faites de soumission.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au sujet de l'édition DVD : El Auge del humano d'Eduardo Williams

Eduardo Williams avec ce premier long métrage reste fidèle à ses désirs d’expérimentation à l’œuvre dans ses courts (Pude ver un puma, Que je tombe tout le temps ? et J’ai oublié ! présents en bonus de cette édition DVD) et offre à vivre la sensation surréaliste d’ubiquité à l’heure de la communication globale. Ainsi, l’esprit du spectateur est amené à vivre successivement dans une même fiction documentaire la nonchalance d’adolescents à Buenos Aires en Argentine, au Mozambique et aux Philippines, du milieu urbain à la savane puis à la forêt avant de retrouver quelques habitations avec cette quête éternelle et toujours insatisfaite pour les trois protagonistes aux nationalités distinctes : la connexion à Internet. Eduardo Williams interroge les liens étroits de cause à effet entre désinvestissement dans l’ici et le maintenant et le besoin irrépressible d’être ailleurs. La caméra suit ses personnages avec beaucoup de mobilité, sans jamais cacher sa présence pour insérer profondément la réalité documentaire de ce qui se passe dans l’image.

"El Auge del humano" d'Eduardo Williams © Shellac

Une fois baigné dans l’immédiateté d’un quotidien appelé à l’absence de mouvement, voici que le film propose à travers une transition elliptique géographique fascinante de faire un tour de la Terre en visitant trois points séparés par une quasi égale distance. Via l’approche libre de ce que d’aucuns appellent le cinéma expérimental, Eduardo Williams vient mettre en réflexion le cinéma spectacle dont le représentant le plus explicite serait James Bond, cet éternel touriste qui se crée des missions aux enjeux stratégiques géopolitiques pour consommer les pays qu’il traverse avec pertes et fracas. En effet, l’enjeu de ces films « internationaux » cultivent chez le spectateur le faux espoir de fuir un ici et maintenant où il n’y aurait pas de récit pour fantasmer une relation à une géographie inaccessible.

Les protagonistes d’El Auge del humano sont ainsi comme dans un film d’action toujours en mouvements et incidemment en quête éperdue d’eux-mêmes. Et à la différence de James Bond, ce travailleur touriste vivant dans le luxe de ses moyens mis à disposition dans la continuité du désir colonialiste de l’impérialisme britannique du XIXe siècle, les protagonistes du film d’Eduardo Williams sont les travailleurs de l’ombre de l’économie globalisée, alimentant les rayons des grandes surfaces, assurant des services de téléphonie ou fabriquant du matériel informatique pour que le monde continue à rester connecté sous la fausse vertu autoproclamée de liberté de mouvement des citoyens du monde. C’est la singularité du dispositif audacieux d’Eduardo Williams autour de son film de prendre en considération ces problématiques de la modernité immédiate.

El Auge del humano
d'Eduardo Williams

Avec : Sergio Morosoni, Shine Marx, Domingos Marengula Marengula, Chai Fonacier,Irene Doliente Paña, Manuel Asucan, Rixel Manimtim avec la collaboration artistique de Nahuel Pérez Biscayart

Argentine, Brésil, Portugal, 2016.
Durée : 99 min
Sortie France du DVD : mai 2021 
Couleur
Langues : portugais, visayan, espagnol - Sous-titres : français.
Éditeur : Shellac

Bonus :
Pude ver un puma (2011, 17’, VOST) d'Eduardo Williams
Que je tombe tout le temps ? (2013, 15’, VOST) d'Eduardo Williams
J’ai oublié ! (2014, 28’, VOST) d'Eduardo Williams
un livret avec présentation des films et entretien avec Eduardo Williams (20 pages)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix