Festival des 3 Continents de Nantes 2018 : "José" de Li Cheng

"José", second long métrage de Li Cheng, tourné entièrement au Guatemala, dans le cadre d'une production indépendante étatsunienne, est en compétition officielle au sein de la programmation de la 40e édition du Festival des 3 Continents de Nantes 2018.

"José" de Li Cheng © DR "José" de Li Cheng © DR

José, 19 ans, vit avec sa mère et tous deux tentent comme ils peuvent de répondre aux besoins de leur quotidien avec leurs faibles ressources économiques. De son côté, José vit une belle histoire d'amour secrète avec Luis.

Parcourir tout un continent sur le thème de l'amour et d'autres questions sociologiques pour comprendre ce qui porte une jeunesse qui ne se reconnaît plus dans une génération qui est enfermée dans la douleur fut l'une des motivations qui a porté le réalisateur Li Cheng et son coscénariste et coproducteur George Roberson. Tous deux avaient déjà ainsi travaillé ensemble sur le premier long métrage Joshua Tree (2014) tourné aux USA. José quant à lui se déroule au Guatemala avec des acteurs non professionnels qui offrent tellement de leur intimité, notamment autour du thème de l'homosexualité, que la direction d'acteurs est à cet égard saisissante ! La mise en scène se révèle être d'une parfaite maîtrise, autant dans la subtilité du scénario que dans le travail remarquable du chef opérateur Paolo Giron dont les images contemplatives de La Última tierra de Pablo Lamar (2016) témoignent de sa profonde aptitude à saisir un environnement social aussi bien que l'ineffable difficulté d'être des personnages. José s'interdit une relation amoureuse aussi bien à l'égard d'une société qui interdit l'homosexualité où le catholicisme pose de tout son poids sa vision du monde, notamment à travers les préoccupations de la mère à l'égard de son fils José. L'histoire de ce personnage éponyme permet de saisir l'ensemble d'une société en construction après des décennies de chaos qui milite notamment pour le droit à une scolarité libre pour tous. José est à cet égard plus qu'une individualité : il fait corps social dans un pays où la population est plutôt jeune, à son image. Le poids des générations qui précèdent José témoignent aussi de l'étouffement d'un passé dont la population n'a pas fini de faire son deuil car les crimes commis par les régimes qui se sont succédé au pouvoir n'ont officiellement pas été traduits en justice. Il faut à José aller interroger sa grand-mère, pour sortir de la relation attachante mais étouffante avec sa mère et trouver une possible émancipation. Un film d'une grande subtilité qui épouse l'intimisme d'une histoire individuelle pour saisir les dynamiques sociales dans son ensemble. Ce film poursuit et complète ainsi bien l'état du monde que posait à travers ses films tournés au Guatemala depuis dix ans le cinéaste Julio Hernández Cordón (Gasolina, Las Marimbas del infierno, Hasta el sol tiene manchas, Polvo).

 

 

José
de Li Cheng
Fiction
85 minutes. USA - Guatemala, 2018.
Couleur
Langue originale : espagnol

Avec : Enrique Salanic (José), Manolo Herrera (Luis), Ana Cecilia Mota (la mère de José)
Scénario : Li Cheng, George F. Roberson
Images : Paolo Giron
Montage : Lenz Claure
Musique : Chen Yao
Production : YQ Studio
Producteurs : Li Cheng, George F. Roberson

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.