Billet de blog 27 août 2017

Aujourd'hui encore, le soja transgénique répand la mort

Dans la pampa argentine, dans les terres fertiles de la Colonia Hansen, où naguère les gauchos étaient fiers de conduire leur élevage bovin considéré comme l'une des meilleures viandes du monde, un petit village est complètement déserté, étouffé par une production intensive de soja, qui sème la mort autour de lui au fil des pulvérisations aériennes d'insecticide.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Histoires de la plaine" de Christine Seghezzi © DR

Sortie nationale (France) du 30 août 2017 : Histoires de la plaine de Christine Seghezzi

Christine Seghezzi livre avec son film un constat glacial sur un village ayant perdu la vie. En de longs plans-séquences, elle filme un village désert, quelques habitants pris isolément devant la caméra, répétant quelques gestes dans la rue ou bien restant muets. Il y a bien les témoignages d'un ancien agriculteur et d'une institutrice qui osent dénoncer la mort que l'exploitation intensive du soja a laissé derrière elle, ainsi qu'un agriculteur de soja bien heureux de cette manne financière, mais pour le reste, le film se déroule sans la voix des habitants. Soit parce que ceux-ci craignent de s'exprimer ou bien parce que l'immonde désastre qui se déroule autour les a laissés complètement démunis, sans voix. La réalisatrice ajoute alors une voix off contant diverses exactions, qu'il s'agisse des exactions des premiers colons, comme des conquistadores modernes, agriculteurs sans scrupules appuyés par de puissantes compagnies comme Monsanto livrant à la fois la graines de soja transgénique et les produits chimiques qui vont avec. Les malformations à la naissance, les cancers apparaissant dès le plus jeune âge sont monnaie courante, de même que l'injustice lorsque le représentant local de la justice est également propriétaire terrien de ces hectares de soja de la mort.
La réalisatrice a choisi de s'éloigner des propos scientifiques déversant leurs cris d'alarme à coup de données statistiques afin de s'approcher au plus près de l'âme dévastée d'un petit village, en respectant les silences qui l'incarne. Le lieu, complètement affecté par l'implication de cette nouvelle dictature économique, livre sa propre impuissance à voir s'étendre les champs de soja à perte de vue, traités régulièrement d'un insecticide puissant, qui n'est jamais sélectif sur ces cibles, à part le soja lui-même transgénique : quant à tous les autres être vivants, insectes, faune, flore, y compris les êtres humains, tous sont comptés comme les victimes muettes de ce placement financier émanant de fonds de pension.
Christine Seghezzi fait le choix d'une autre forme de lutte pour ne pas ajouter un cri d'alarme de plus dans des lamentations inaudibles de la part de tous les responsables tirant profit de ce soja en Argentine. Le propos n'en devient que plus global quant aux choix économiques, sociétaux, philosophiques du rapport de l'homme à la nature partout dans le monde. Un film qui apporte son humble touche personnelle pour rencontrer les consciences de part le monde. Souhaitait-on lui de riches échanges parmi le public lors de sa diffusion en salles.

Histoires de la plaine
de Christine Seghezzi
Documentaire
72 minutes. France, 2016.
Couleur
Langues originales : français, espagnol
Images : Willi Behnisch
Montage : Claire Atherton
Son : Martin Vaisman
Production : Zeugma Films / Cruz del Sur Cine (Argentine)
Coproduction : Le Fresnoy centre national des arts contemporains
Distributeur (France) : Direction Humaine des Ressources

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon