Billet de blog 28 avr. 2016

Entretien avec Sérgio Andrade et Fábio Baldo à propos de «Antes o tempo não acabava»

Entièrement tourné à Manaus, le film brésilien Antes o tempo não acabava de Sérgio Andrade et Fábio Baldo suit le parcours d’Anderson, un jeune indigène tikuna, qui décide de quitter sa communauté pour rejoindre la ville et son mode de vie.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

de gauche à droite : Sérgio Andrade et Fábio Baldo © Laura Morsch-Kihn assistée d'Ingrid Castellanos

Loreleï Giraudot : Comment vous êtes-vous répartis le travail pour coréaliser Antes o tempo não acabava?

Fábio Baldo : Nous nous sommes rencontrés en France, à Clermont-Ferrand, en 2011. Nous avions chacun réalisé un premier court métrage. J’ai beaucoup aimé le film de Sérgio, Cachoeira et lui a beaucoup aimé le mien. Il cherchait un monteur et un ingénieur du son. La fin du festival a été l’occasion d’échanger nos idées, d'organiser des projets. Pendant le montage du premier long métrage de Sérgio A Floresta de Jonathas, nous avons commencé à échanger sur le futur scénario. Il avait déjà l’idée de travailler sur les peuples autochtones qui vivent entre la forêt et la ville.

Sérgio Andrade : À ce moment-là, j’avais réalisé trois courts métrages avec des équipes locales. Avec A Floresta de Jonathas, je souhaitais élargir mon équipe, en travaillant avec d’autres personnes ; j’étais très curieux de ce que faisaient mes collègues brésiliens. C'est à ce moment-là que j’ai rencontré Fábio : ça a été une symbiose. Nous avons réciproquement aimé nos travaux et nous avons vu que quelque chose nous unissait, spécialement en ce qui concerne les questions telluriques, relatives à l'énergie de la nature.

Antes o tempo não acabava © DR

Cédric Lépine : La question de l’identité de l’homme amazonien a été posée dans d’autres films comme Macunaïma (Joaquim Pedro de Andrade, 1969) mais vous proposez une autre esthétique. Comment s’insère votre représentation de l’Amazonien au sein du cinéma brésilien ?

FB : Le cinéma est né dans la région de Rio et São Paulo ; la cinématographie brésilienne a représenté tout d’abord l’homme du Sud-Est. Ensuite est venu l’homme du Nord-Est, le cangaçeiro, avec Glauber Rocha et le cinéma Novo, puis celui du Sud, avec Nelson Pereira dos Santos mais il y a eu peu de tentatives pour montrer l’homme du Nord. Des documentaires anthropologiques ont été réalisés par des étrangers, mais pas de fiction. A Floresta de Jonathas et Antes o tempo não acabava montrent un cinéma amazonien fait par un Amazonien pour donner à voir les caractéristiques, les goûts, les acteurs, le langage de cette région, de manière beaucoup plus authentique. Cela a également été facilité par les financements gouvernementaux de ces dernières années. Entendre la voix de réalisateurs comme nous a été rendu possible.

LG : Votre film commence comme un documentaire pour aller vers une aventure fictionnelle. Pourquoi avoir joué avec le documentaire et la fiction ?

FB : L’acteur principal, Anderson, qui a le même nom que le personnage, vit les questions posées dans le film. Il y a effectivement un jeu entre la réalité et la fiction. Sont présentes également dans le film différentes ethnies, différentes langues pour créer un champ des possibles. Il y a des moments fictionnels et des séquences documentaires ; la séquence d’ouverture, le rituel, est très naturaliste. Elle a été filmée en un jour avec des acteurs non professionnels. Nous avons laissé faire les choses comme elles étaient.

SA : Notre film est une fiction qui porte les empreintes du documentaire. Le rituel initial est le moteur du film ; il permet de mettre en question l’identité du guerrier masculin. C’est un rite de passage où l’homme doit prouver sa force, sa masculinité. Durant l’écriture du scénario, je me demandais comment ces rituels pouvaient influencer ce jeune indigène après avoir quitté sa communauté, lui qui vit dans un cadre urbain. Existe-t-il une force mystique qui l’accompagne et le pousse à agir ? La question de la sexualité se pose aussi : et s’il était gay ? La forme documentaire se prête à ces questions.

FB : Ces séquences documentaires permettent de créer une logique réaliste avec laquelle il est possible de jouer. Par exemple, la séquence dans laquelle il se maquille avant l’arrivée de l'être de la forêt appartient presque au cinéma fantastique. Nous avons joué avec ces frontières génériques mais il n’y a pas de notice explicative. Je n’aime pas les films explicatifs. 

LG : En effet, votre film n’a rien de manichéen ou duel. Les réalités se juxtaposent.

FB : Oui, parce que l’être humain est complexe. Jusqu’à présent, la figure de l’autochtone a été stéréotypée. Il était représenté comme un être mythologique. Nous voulons fuir les stéréotypes et observer les questions qu’il se pose : les questions identitaires, sexuelles, politiques. Ces interrogations suivent des parcours divers : elles sont autant de flèches qui empruntent différents chemins.

SA : Dans l’imaginaire collectif brésilien, l’image de l’indigène est exotique : il est propriétaire de sa terre, il était là avant tout le monde. Elle est aussi négative : il est paresseux. Cette idée est fasciste. Dans ce film, l’important était de montrer un indigène qui a un cerveau, qui vit des conflits, comme n’importe quel être humain.

Antes o tempo não acabava © DR

LG : Pourquoi avoir choisi cet acteur, Anderson, qui apparaît également dans Cachoeira ?

SA : J’ai écrit le scénario en pensant à Anderson. J’ai d’ailleurs appelé le personnage comme la personne. J’ai quand même dû faire le casting mais, même si certains acteurs étaient très bons, je ne voyais qu’Anderson. Il a une force intérieure très puissante, une énergie débordante qu’il communique à l’écran. C’est aussi une personne rigoureuse, très professionnelle, qui voulait par ailleurs devenir acteur.

FB : Le vrai Anderson est évangélique et hétérosexuel. Ça a été un véritable défi.

SA : il y a aussi Rita Carelli, qui est la fille de Vincent Carelli, le créateur du programme Vídeo nas Aldeias permettant aux peuples autochtones de se filmer. Elle a participé au casting. Rita a grandi avec les indigènes et connaît très bien leurs codes. Elle a pu également préparer Anderson, notamment pour la séquence de sexe.

LG: Dans la deuxième partie du film, vous posez la question des ONG. Le personnage principal a une attitude ambivalente vis-à-vis de ces organisations. Peut-on y voir une dénonciation ?

FB : La question se pose parce que la réalité des ONG est ambivalente. Beaucoup d’entre elles ont joué un rôle important pour l’intégration sociale des Amazoniens et d’autres ont profité des subventions et des peuples pour leur propre croissance, pour leur promotion. Certaines abusent des peuples autochtones. C’est pour cela que la discussion est ouverte dans le film.

Entretien réalisé à Toulouse en mars 2016 pendant le festival Cinelatino, par Loreleï Giraudot et Cédric Lépine, avec la traduction de Muriel Pérez.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique du Nord
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — Migrations
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — Écologie
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat