Julio Popper : un nouveau conquistador en Terre de Feu ?

Au sud de l’Argentine en 1886, un mystérieux homme répondant au nom de Julio Popper débarque avec des idées hors du commun dans une contrée ayant récemment connu une vague de ruée vers l’or.

Parution de la bande dessinée Julio Popper. Le Dernier roi de Terre de Feu de Matz et Chemineau

Étonnante figure que cet aventurier, ingénieur, chercheur d’or et potentiel dictateur. D’origine roumaine, il finit par se fixer durablement en Argentine suite à des opportunités géologiques et géopolitiques. Avide d’or, n’hésitant pas à massacrer toute une population indigène pour s’accaparer le métal précieux, il n’est pas sans rappeler l’attitude dévastatrice des conquistadors comme Hernán Cortés ou Pizarro quelques siècles plus tôt alors que le continent américain était encore une grande inconnu pour le Vieux Monde. Le mythe de l’Eldorado a beau n’être qu’une vieille légende qui a entraîné folie, violence et destruction au cœur d’innombrables hommes, l’or attise toujours la convoitise siècle après siècle, le XXIe siècle n’en étant hélas pas préservé avec tous ces projets de grandes mines à ciel ouvert parsemant toute l’Amérique latine au détriment de la protection environnementale et des populations locales.

L’époque de Julio Popper voit de récents pays latino-américains exerçant depuis peu leur indépendance politique à l’égard des couronnes d’Espagne et du Portgal, se lancer dans de grandes campagnes meurtrières de colonisation et d’expansion. Patricio Guzmán évoque ainsi dans son récent et magnifique documentaire Le Bouton nacre le massacre des population Onas de la Terre de Feu : on retrouve les mêmes clichés du poète cinéaste chilien dans cette bande dessinée de Matz et Chemineau. Le récit ici n’est aucunement gratuit : il s’agit pour les auteurs d’aller réinterroger l’histoire même. En effet, la figure de Julio Popper est d’autant plus controversée que ce personnage réel s’est servi ouvertement du racisme de l’élite politique argentine à l’égard des populations indigènes de Terre de Feu afin de financer ses propres recherches. Était-il prêt à exterminer toute une population locale pour mener à bien ses projets ? De prime abord, l’histoire répond par la négative, proposant un portrait plus nuancé du personnage historique atypique. Cela revient à penser la figure d’un Christophe Colomb : celui-ci était-il réellement intéressé par l’or, ou bien était-il contraint à le simuler afin que ses commanditaires financent ses coûteux voyages d’exploration ?

À la charge de Julio Popper, on trouve bien une harangue virulente lancée à l’encontre des Indiens Onas, qualifiés de barbares à exterminer ou à civiliser par la force : le pouvoir politique argentin d’alors ne pouvait qu’être séduit par ces arguments, ce qui apporta un soutien économique et matériel conséquent à l’aventurier apparemment sans scrupule. La BD ne cache pas non plus le goût de la recherche, plutôt peut-être que l’obtention de l’or lui-même. De même, que signifie sa décision d’émettre des pièces d’or et des timbres à son propre nom ? Était-il en mesure de faire sécession et de fonder son propre royaume au sud de l’Argentine ? Les éléments historiques actuels laissent en suspens ces interrogations et le mérite de la BD de Matz et Chemineau est d’en poser les problématiques.

Le style graphique choisi est celui du réalisme classique privilégiant les teintes sombres, situant le récit autant dans une ambiance de polar, d’un récit d’aventure que d’un western. Le récit est complètement centré sur le personnage éponyme, à travers des regards et témoignages issus de tierces personnes, renforçant ainsi la fascination dudit personnage, ce dont ne se cachent aucunement les auteurs. La BD s’apprécie autant par son pur récit d’aventure que par sa mise en perspective d’un contexte historique précis : l’Argentine de la fin du XIXe siècle.

 

 

 

 

julio-popper julio-popper
Julio Popper. Le Dernier roi de Terre de Feu

de Matz et Chemineau

 

Nombre de pages : 104

Date de sortie (France) : 16 septembre 2015

Éditeur : Rue de Sèvres

Format : 21x27,5 cm

ISBN : 9782369810698

 

lien vers le site de l’éditeur : http://www.editions-ruedesevres.fr/julio-popper

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.