Billet de blog 31 mars 2016

"La Mujer de los perros" un film de Laura Citarella et Verónica Llinás

À la lisière du monde urbain, une femme vit retirée du monde avec ses chiens, allant de ci de là au fil des saisons.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La Mujer de los perros © El Pampero Cine

Après une première présentation au festival international de Rotterdam en 2015, La Mujer de los perros s’est retrouvé un an plus tard en compétition officielle ppour la 38e édition du Festival de Films de Femmes de Créteil en mars 2016. Laura Citarella après Ostende, son premier long métrage, replace au centre de son attention et de sa mise en scène un personnage féminin qui prend une ampleur sans précédent. La démarche est logique entre les deux films : de la femme qui s’interroge sur son milieu, on en vient à s’intéresser dans ce nouveau film à une femme qui a refusé à la fois la parole et de s’inscrire dans la société humaine. Pour toute communauté quotidienne, elle se retrouve en permanence avec ses dix chiens qui forment avec elle une harmonieuse communauté : les uns et les autres semblent se mouvoir en un groupe cohérent en milieu naturel, formant une seule et même ombre. À cet égard, le titre déplie tout son sens : une femme mystérieuse que l’on peut définir par son lien à ses chiens, sans pour autant que l’on puisse définir qui appartient à qui : l’idéologie de la propriété de l’autre, qu’il s’agisse d’un animal domestique ou d’un habitat. En marge de la société, cette femme questionne le sens de ladite société, qu’elle observe muette de loin. Laura Citarella par sa mise en scène, s’éloigne de tout réalisme en ne s’arrêtant pas aux gestes quotidiens qui seraient dès lors explicatifs de son mode de vie. Le film refuse de prime abord tout esthétique documentaire, Laura Citarella préférant rendre compte avant tout d’une présence qui transfigure son personnage principal. Ainsi, le personnage éponyme joué par Verónica Llinás, coréalisatrice et coscénariste du film, devient peu à peu un être de la forêt voire une incarnation de l’esprit de la forêt. Ceci est rendu possible à travers une subtile composition de l’image qui sait traduire avec la même sensibilité le personnage humain aussi bien que les paysages naturels dans lesquels il finit par se fondre. Au fil du récit vont apparaître des relations interindividuelles humaines, mais là encore la présence de la protagoniste reste fantomatique. « La femme aux chiens » est avant tout le maître, non pas d’un monde animal avec lequel elle développe bien davantage des liens horizontaux, mais plutôt maîtresse de son propre destin, malgré tous les préjugés que pourraient développer le regard issu de l’extérieur sur son monde. Laura Citarella et Verónica Llinás, les auteurs de ce film, réussissent à manifester une disparition : reste au spectateur à interpréter celle-ci puisqu’il ne s’agit plus tout à fait de la disparition d’une femme comme dans L’Avventura d’Antonioni qui fondait alors le prétexte à un nouveau rapport au récit. La Mujer de los perros laisse longtemps coi, à l’instar d’une nature insaisissable à la raison et qui en est d’autant plus fascinante.

lmdlp-af

La Mujer de los perros

de Laura Citarella, Verónica Llinás

Fiction

98 minutes. Argentine, 2015.

Couleur

Langue originale : espagnol

avec : Verónica Llinás, Juliana Muras, Germán De Silva, Juana Zalazar

scénario : Verónica Llinás, Mariano Llinás

images : Soledad Rodriguez

son : Marcos Canosa

décor : Flora Caligiuri, Laura Caligiuri

montage : Ignacio Masllorens

musique : Juana Molina

costumes :  Carolina Sosa Loyola

Production : El Pampero Cine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux