Pour que le suicide de Christine Renon ne passe pas inaperçu

Nous, membres du collectif Lettres vives, soutenons la proposition de motion faite par le collectif Bloquons Blanquer et appelons les collègues à la faire signer dans les établissements.

Proposition de motion déjà signée par plusieurs établissements suite au suicide de notre collègue Christine Renon

Plus jamais ça!

resister
Nous avons appris avec une immense tristesse le décès de notre collègue Christine Renon ce week-end.

Nous, membres du personnel du collège/du lycée/de l’école ....... exprimons notre soutien et notre solidarité face à cette si difficile épreuve à ses proches, famille, collègues et ami.e.s, ainsi qu'à l'ensemble de la communauté scolaire et éducative de l'école Méhul, les parents et les enfants.

Dans la lettre qu'elle a laissée, notre collègue évoque sans ambiguïté la souffrance au travail, provoquée par les difficultés dans lesquels nos établissements se trouvent. La responsabilité du ministère et de la hiérarchie est clairement engagée : ils devront rendre des comptes.

Ces dernières années, les pressions hiérarchiques se sont multipliées contre les enseignant.e.s : pression des IEN dans le premier degré, pression des chef.fe.s d'établissement dans le second degré etc. Les politiques menées par les ministres, et notamment par le ministre Blanquer avec la loi de "l'école de la confiance", n'ont fait qu'accentuer ces pressions.

Plutôt que de continuer dans cette voie, le ministère et la hiérarchie doivent répondre aux préoccupations exprimées par les personnel-le-s ! Pour notre part, nous refusons que de tels drames se reproduisent.

Non nous ne voulons pas perdre la vie à la gagner !

La lettre d'adieu de Christine Renon

Silence on meurt par Laurence De Cock

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.