Billet de blog 11 nov. 2008

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

Alors, le Grand Paris, pour ou contre?

Jean-Pierre Charbonneau
urbaniste, consultant en politiques urbaines ou culturelles
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prenez position, vite, ou vous serez comme ceux qui ne croyaient pas au chemin de fer !

Etes vous pour ou contre? En tant que professionnel, j’ai un peu honte de dire mes doutes, d’exprimer une opinion peu tranchée ; honte aussi d’avoir mis du temps à me faire une idée au milieu du champ des certitudes. Partons d’abord de ce postulat un peu naïf que le Président de la République a lancé ce pavé pour des raisons de fond et non pour prendre le pouvoir sur l’agglomération parisienne.

Un Grand Paris pour quel projet politique ?

En fait, comment avoir une opinion claire sur quelque chose dont on ne connaît pas le contenu, qui est susceptible d’accueillir tout et son contraire. Je peux être pour le Grand Paris ou contre. Tout dépend de ce que l’on met dedans, du projet que l’on poursuit. Qu’y a t’il de commun entre celui de Nicolas Sarkozy et celui de Patrick Braouezec, Président de Plaine Commune ? Dans un cas on imagine des tours, des bureaux, des « Défense bis et ter », leviers du développement d’unepuissance économique dont on escompte que la richesse qu’elle créera retombera sur tous (à présent ce qui retombe le plus est la valeur de l’épargne !). Dans l’autre cas, expérimenté déjà sur Plaine Commune, on cherche, grâce à une approche territoriale du développement, à faire face aussi à la pauvreté, à aider les exclus, tout le monde n’étant pas le Rambo de la réussite sociale. Le projet politique est alors la création d’un territoire prospère et solidaire, qui facilite le règlement des problèmes sociaux au lieu de les renforcer. Cet objectif n’est pas naturel, il n’est pas conséquent du seul fonctionnement du marché économique mais vise à l’orienter, à l’infléchir. Il suppose donc de faire de la politique c’est-à-dire de porter un engagement, d’assumer des débats, des conflits. Parler de Métropole renvoie donc à la question : un Grand Paris pour quel projet politique ? Cette question tranchée, l’on pourra en tirer des orientations pour une gestion et des projets adaptés à un territoire déterminé.

L’institution est un outil, pas une fin

Ensuite l’on voit souvent apparaître le thème du statut institutionnel : « il faut une communauté d’agglomération». Ellereprendrait, dans ce cas, des contours proches de feu le département de la Seine. Certes les sujets de l’urbain se traitent à des niveaux institutionnels et territoriaux différents : l’habitat ou les transports à l’échelle de l’agglomération, la proximité au niveau communal, etc. Or, soit ces niveaux sont opérants pour les thèmes à traiter, soit ils ne peuvent pas l’être (ce peut être le cas sur certains champs de l’économie). Il est alors nécessaire de faire évoluer le statut institutionnel sur les sujets défaillants afin de les aborder à la bonne échelle. Mais attention à ne pas faire de réponses trop simplistes, à ne pas mettre en difficulté tout l’édifice pour en réparer une pierre. Une réponse institutionnelle ne résoudra jamais tout. Il est des communautés d’agglomération (et des communes) qui, à compétences égales, fonctionnent bien et d’autres non. Alors pourquoi une réponse de cette nature quand le problème est autant politique comme nous l’avons vu ou même technique ?

Et la compétence des acteurs dans tout cela ?

Car le développement urbain est un sujet complexe mêlant les multiples rôles et fonctions des villes, la diversité des échelles à aborder, et les contradictions inhérentes à toute société humaine. Travailler sur l’urbain est donc un sujet « savant », qui demande des compétences. Les administrations, les maîtres d’œuvre, les bureaux d’études, les écoles ont des capacités professionnelles qui forment les moyens que possède un territoire pour assurer son évolution, au service d’une politique. Ces moyens sont de plus en plus opérants car un savoir-faire s’est construit depuis vingt ans sur le sujet. Mais Grand Paris ou pas, nous travaillons beaucoup dans les villes pour réparer les erreurs passées, non pas seulement dues à la nature des institutions ou aux choix politiques mais souvent liées à l’incompétence ou à des approches verticales abordant une logique seulement et faisant fi de la complexité. Est-il permis d’en parler ou doit-on rester à un niveau très général d’abstraction ?

Des villes humaines, très humaines

Le quatrième pilier du développement est lié à la dimension humaine de l’urbain. Elle peut être positive quand il s’agit de s’appuyer sur les valeurs qui font un territoire, ou toucher à des problèmes très graves comme l’exclusion voir la délinquance ou la drogue. Le choix de la métropolisation ne doit pas oublier cette réalité mais la prendre en comptecomme un de ses objectifs fondateurs : comment rendre meilleure la vie des citadins en assurant aussi une solidarité urbaine. Les villes ne sont-elles pas d’abord des sociétés humaines ? Comment le Grand Paris aborde t’il cette question, que doit-on attendre d’une approche à cette échelle territoriale, quel rôle par rapport aux autres partenaires déjà engagés sur ce terrain… ?Alors pour ou contre le Grand Paris ? Manifestement les débats ne pas sont clos. Prenons garde cependant à ne pas nous y perdre ni à y perdre trop de temps ou à trop en attendre car les problèmes urbains non résolus ne font qu’empirer et face à cela, il n’y a aucune solution miracle.

Paris le 1 octobre 2008

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER