Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 198 abonnés

Billet de blog 9 févr. 2010

La Petite fille Bois-Caïman, livre 2, de François Bourgeon

Trente ans ont passé depuis La Fille sous la dunette. Un an (seulement, pourrait-on dire) depuis La Petite fille Bois-Caïman, livre premier. Un an a passé depuis que Zabo a retrouvé Isa, sa bisaïeule, qui a commencé à lui raconter sa vie de passagère du vent. Son histoire. Leur histoire.

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Trente ans ont passé depuis La Fille sous la dunette. Un an (seulement, pourrait-on dire) depuis La Petite fille Bois-Caïman, livre premier. Un an a passé depuis que Zabo a retrouvé Isa, sa bisaïeule, qui a commencé à lui raconter sa vie de passagère du vent. Son histoire. Leur histoire.

© Bourgeon-12bis
Printemps 1863, Zabo a rejoint Isa au terme d’un voyage dans des contrées inconnues, sur un territoire en proie à la guerre civile. Avide de renouer avec son passé, Zabo goûte le calme de Lananette. Au loin, le son du canon la fait trembler, pâlir. Zabo doit apprendre à laisser son passé derrière elle, tout en découvrant que celui-ci porte également les marques de son avenir. Dans les mots d’Isa.

François Bourgeon signe avec ce second livre, suite et fin de La Petite Fille Bois-Caïman, une aventure commencée il y a bien longtemps. Pour ses protagonistes, comme pour ses lecteurs, c’est un aboutissement, la fin d’une quête. Le parallèle est saisissant. L’auteur des Passagers du vent se joue du temps avec un brio inégalé.

© Bourgeon - 12bis

L’aventure nous transporte aux confins des bayous de Louisiane, dans les marigots délaissés ou inexplorés, nous suivons Isa raconter son destin et celui de sa petite fille, engendrée une nuit de drame. Isa se raconte. Parle à Zabo. De transmission, de filiation et d’héritage, en marge et dans l’Histoire. François Bourgeon distille les révélations, retarde la révélation finale, et nous emmène dans les méandres de cette aventure, comme les personnages suivent ceux du fleuve et des rivières de Louisiane. Zabo était perdue, elle va retrouver une famille, un lieu, elle va se trouver.

Le dessin somptueux de Bourgeon éclate une fois encore, des ciels mordorés au-dessus des villes en flammes aux eaux sombres et boueuses des bras des rivières. La palette est naturelle, naturaliste, les détails foisonnent et la précision du trait comme le soin apporté dans le réalisme des situations confèrent à cet ultime récit une dimension de véritable saga familiale et historique. Indispensable.

DB

© 

La Petite fille Bois-Caïman, livre 2, François Bourgeon, 12bis, 15 €

Prolonger : Exposition Les Passagers du Vent, François Bourgeon, au musée National de la Marine, du 3 février au 3 mai 2010.

Musée national de la Marine

Palais de Chaillot

17, place du Trocadéro

75116 PARIS

Horaires

Ouvert tous les jours sauf le mardi, de 10 à 18h (dernier billet délivré à 17h15).

Fermé le 1er mai.

Tarifs

Collections permanentes + exposition dossier "Les Passagers du Vent" :

- Plein tarif : 7 €

- Tarif réduit : 5 €

- Gratuit pour les moins de 18 ans

- Gratuit pour les 18-25 ans (ressortissants de l'Union Européenne)

- Audio guide inclus pour tout billet payant

Le site internet du Musée.

© Bourgeon - 12bis
© Bourgeon - 12bis

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
À Rennes, la justice malmenée
En pleine mobilisation du monde judiciaire, des magistrats rennais racontent leurs désillusions et leurs regrets face à leurs propres insuffisances. Cernés par les priorités contradictoires, ils examinent chaque dossier en gardant un œil sur la montre. 
par Camille Polloni
Journal
Hôpital : « On prêche dans le désert, personne ne nous entend »
Les hospitaliers ont, une fois encore, tenté d’alerter sur les fermetures de lits, de services d’urgence, la dégradation continue des conditions de travail, leur épuisement et la qualité des soins menacée. Mais leurs manifestations, partout en France samedi, sont restées clairsemées.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat