Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 11 juin 2012

Les Autres Gens: « On aura aidé à faire avancer la BD numérique »

Les Autres Gens, la « bédénovela » tenue depuis deux ans et demi par Thomas Cadène s'arrête à la fin du mois de juin. Celui qui a réussi (avec une centaine de dessinateurs, dont la moitié de réguliers) à faire aimer Mathilde à plus de 1.000 abonnés chaque mois, met à exécution sa menace, proférée le 1er mars : « À l’issue de cette seconde saison, fin juin,nous ne dirons pas “à suivre” mais “fin”. »

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart
© 

Les Autres Gens, la « bédénovela » tenue depuis deux ans et demi par Thomas Cadène s'arrête à la fin du mois de juin. Celui qui a réussi (avec une centaine de dessinateurs, dont la moitié de réguliers) à faire aimer Mathilde à plus de 1.000 abonnés chaque mois, met à exécution sa menace, proférée le 1er mars : « À l’issue de cette seconde saison, fin juin,nous ne dirons pas “à suivre” mais “fin”. »

Vivès / Les Autres Gens © 

Intendance. « Je préfère m'arrêter avant la saison de trop, explique-t-il. On a montré que la BD sur Internet était économiquement viable et artistiquement intéressante. J'ai encore du plaisir à le faire ; je préfère que ça reste un bon souvenir. » Ce n'est en effet pas faute de lecteurs que le feuilleton s'arrête – « je me suis rendu compte que c'était plus lourd à gérer que la seule écriture : il faut gérer des planning, répondre aux abonnés, payer les participants... tout cela s'ajoute à l'écriture d'un épisode chaque jour. »

LAG Tome 6 © 

Pure player. « Quand on a commencé, tout le monde nous donnait perdants, tout le monde expliquait qu'on ne pouvait être que gratuit sur Internet. Mais l'air de rien, les lecteurs sont venus. Beaucoup ont pris un abonnement annuel alors que personne ne nous donnait plus de six mois. On a demandé aux gens de s’engager alors qu’on n'était adossé à aucun gros éditeur rassurant – et on sait à quel point, sur Internet, les gens aiment être rassurés, surtout lorsqu’il s’agit de payer. Aujourd'hui, il n'y a plus de tabou sur le payant. La question est abordée de façon neutre, sans a priori. »

© 

Rediffusion. « Je n'ai pas l'intention de fermer le site. Je réfléchis à des façons de le faire survivre, une fois les Autres Gens achevés. Peut-être coproduire des spin-offs (les aventures de personnages secondaires), peut-être s'adosser à un diffuseur pour une rediffusion. » Au prix de l'indépendance ? « C'est une forme de luxe de la création. Comme les lecteurs paient, on a pu être indépendants des annonceurs. Mais ensuite, pourquoi ne pas proposer les épisodes gratuitement pour leur assurer le maximum de diffusion en plus d'une nouvelle exploitation ? » 

Pochep / LAG mag © 

Pay-per-read. Fallait-il  mettre un terme aux Autres Gens pour rendre cela possible ? « Pas nécessairement, parce que je veux privilégier ceux qui nous ont suivi. Si ça se fait, une des conditions que je poserais, c'est que l'accès gratuit ne soit jamais permanent. Seul les abonnés des Autres Gens auront un accès permanent via notre site. D'ailleurs, c'est déjà le cas : le lecteur n'a accès qu'aux épisodes correspondant à la période de son abonnement ou à la période d'archives qu'il a achetée. Je ne voulais pas vendre un accès circonscrit dans le temps parce qu'il y aurait alors comme une obligation de lire pour profiter au maximum de son abonnement. Ce que nous faisions était une forme d'abonnement-achat. » 

B. BAchelier / Les Autres Gens © 

Flux. « Il y a deux ans, les éditeurs se disaient “il faut être sur Internet” sans trop y croire. »  Les blogs BD servaient de bloc-note, de banc d'essai pour une idée ou d'outil d'autopromotion auprès des lecteurs ou d'un éventuel éditeur. « On a testé autre chose et les lecteurs ont découvert, même au-delà de l'histoire, le plaisir de la surprise graphique quotidienne. »  Les Autres Gens ont montré que le Web pouvait être un support à part entière, avec une grammaire spécifique – la planche disparaît au profit de la case, la publication est immédiate, soumise au forum et offre une prise à l'actualité : « C'est une expérience de lecture en flux, où le rapport au temps est essentiel. On a fait évoluer les personnages, on a collé au temps de la vie, les personnages étaient confrontés aux mêmes événements que les lecteurs et parfois à la même météo. On aura aidé à faire avancer la bande dessinée numérique. »

© 
  • Le site des Autres Gens
  • © 
    Sur papier, le sixième volume sort en juin chez Dupuis. Contrairement aux précédents, c'est un volume double, c'est-à-dire reprenant deux mois de publication au lieu d'un. 


Lire aussi, sur Mediapart:

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA