Trop n’est pas assez

Au milieu des années 80, Ulli a 17 ans. Elle traîne dans Vienne accompagnée d’Edi sa copine à la sexualité débridée. Désœuvrées, sans but, les deux jeunes punks décident un jour plus gris que les autres d’aller passer l’hiver en Italie. Pour oublier la grisaille justement, la crise économique et politique que connait leur pays. Pour vivre au jour le jour et savourer le présent. No Future. 

Au milieu des années 80, Ulli a 17 ans. Elle traîne dans Vienne accompagnée d’Edi sa copine à la sexualité débridée. Désœuvrées, sans but, les deux jeunes punks décident un jour plus gris que les autres d’aller passer l’hiver en Italie. Pour oublier la grisaille justement, la crise économique et politique que connait leur pays. Pour vivre au jour le jour et savourer le présent. No Future.

 

 

Récit initiatique, construction personnelle. Témoignage. Trop n’est pas assez (éditions Çà et Là) est l’œuvre d’Ulli Lust, auteur d’origine autrichienne installée aujourd’hui à Berlin. Le livre raconte le périple d'Edi et Ulli qui, de Vienne, va les conduire jusqu’en Sicile, après Vérone, Rome et Naples. Elles iront de galères en rencontres, de coups de chance en coups du sort, avec le système D comme seul recours parfois, la faim et la peur au ventre souvent. Trop... est un peu plus qu'un voyage. Presque une fuite.

 

 © Ulli Lust / ça et là 2010 © Ulli Lust / ça et là 2010
Autobiographique et sans complaisance, Trop n’est pas assez est un livre dense. Tant par son propos que par son graphisme acéré, intense. Avec cette bichromie sombre, ces ruptures nerveuses qui scandent cette odyssée, cette ascension vers des horizons plus ensoleillés, et avec la menace d'une redescente inévitable et tragique.

 

Ulli voyage en équilibre sur ces émotions. Drogue, prostitution, violence physique et verbale. Pour avoir voulu échapper à un quotidien morne, les deux héroïnes subissent et endurent. Les regards concupiscents des uns, la lâcheté des autres. Avec beaucoup d’humour et de détachement, aussi, Ulli Lust raconte, égraine, déroule le fil de souvenirs douloureux et attendrissants. Puis, enfin, le voyage s’arrête. Ulli revient chez elle à Vienne.

 

 © Ulli Lust / ça et là 2010 © Ulli Lust / ça et là 2010
Trop n’est pas assez est étonnant, envoutant. L’histoire de ces deux jeunes filles taillant la route est… déroutante. Avec des accents oniriques, comme une plongée au cœur d’une parenthèse incertaine née du refus à tout prix de vivre un quotidien morne. Trop… est cru, brut et trash. Il rend coup pour coup à cette époque emblématique d’un certain mal de vivre. Jusqu’à la résurrection, la réconciliation peut-être. On pourrait presque regretter que le titre original ait disparu (Heute ist der letzte Tag vom Rest deines Lebens – Aujourd’hui est le dernier jour du reste de ta vie) mais le titre français illustre certainement et tout aussi bien (comme un slogan revendicateur) le désir de vivre et la résignation mêlées d’Ulli à chaque étape de ce voyage commencé à deux et terminé en solitaire. Ulli était partie chercher autre chose. Elle a sûrement trouvé une voix. Sa voie. – D. B.

 

Trop n'est pas assez a reçu le Prix Artemisia 2011 de la bande dessinée féminine. Le Prix Artémisia récompense un albums réalisé intégralement par une ou plusieurs femmes. Le jury souhaite insister sur la valeur de découverte du prix et entend primer des auteurs en début de carrière.

 


Trop n’est pas assez, paru en novembre 2010 en France aux Editions Ça et Là. 26 euros.
Format : 17x23 cm, couverture souple avec rabats - 464 pages bichromie
Titre original : Heute ist der letzte Tag vom Rest deines Lebens - Traduction de Jörg Stickan, lettrage de Amandine Boucher et Hélène Duhamel.

 

 © Ulli Lust / ça et là 2010 © Ulli Lust / ça et là 2010

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.