Chris Ware: intertextualité rue Simon-Crubellier

On ne sait pas si Chris Ware a lu La Vie, mode d'emploi de Georges Perec. On sait seulement que son éditeur, Pantheon Books, vient d'en dire un peu plus sur son nouveau projet, Building Stories, à paraître en octobre aux Etats-Unis.

On ne sait pas si Chris Ware a lu La Vie, mode d'emploi de Georges Perec. On sait seulement que son éditeur, Pantheon Books, vient d'en dire un peu plus sur son nouveau projet, Building Stories, à paraître en octobre aux Etats-Unis.

Ce ne serait de toute façon pas un contresens, Perec sans barguigner citant à qui mieux mieux Roussel, Verne, Sterne, Mathews, Queneau, Leiris, Flaubert, Proust, Kafka, Borges et certainement des moins connus. L'art est dans l'arrangement.

Un immeuble de Chicago où se mêlent les vies d'une trentenaire (Elzbieta Orlowska?), d'une vieille dame qui a tout l'air de ressembler à Madame Moreau et d'un couple qui se demande comment il pourrait passer une minute de plus apparié. Et peut-être au tournant d'une case un Cinoc,  un Bartlebooth ou un Valène. 

Chris Ware par lui-même. Chris Ware par lui-même.
Evidemment, ce ne sont pas les 99 chapitres de La Vie,  mais les travaux précédents de Ware, Jimmy Corrigan (en français, Delcourt, 2002), Quimby the Mouse (L'Association, 2005) et les Acme Novelty Library (Delcourt, 2007) ne laissent aucun doute sur la nature perecquienne de ses bandes dessinées : cadrages contraints, minutie formelle, goût immodéré pour les réseaux complexes et les narrations enchevêtrées...

La forme, également, promet un joli jeu combinatoire : le premier exemplaire présenté au Comic-Con de San Diego, montre qu'il s'agit d'une boîte contenant plein de livrets de formats différents et de feuilles volantes sans ordre. L'éditeur précise d'ailleurs que Building Story « tire parti des dernières avancées de la technologie de la pulpe de bois [pour proposer] un livre délibérément sans début ni fin, avec une ampleur, une ambition, un talent artistique et une prévarication émotionnelle qui va au-delà de tout ce qui a été fait par cet artiste ou dans ce milieu (sans doute pour de bonnes raisons) ».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.