Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 18 nov. 2010

«Salut, je suis Nitnit, alias Johnny 23»

Si vous n'avez pas soupé de Charles Burns (la critique de Toxic, l'exposition à la galerie Martel...), voici la rencontre (en vidéo) avec l'auteur d'El Borbah et de Black Hole.

Vincent Truffy
Journaliste à Mediapart

Si vous n'avez pas soupé de Charles Burns (la critique de Toxic, l'exposition à la galerie Martel...), voici la rencontre (en vidéo) avec l'auteur d'El Borbah et de Black Hole.

Vignette de «Toxic», où Rob est grimé en Nitnit (Tintin). © 

Charles Burns était pour deux jours à Paris. La discussion s'est engagée à la librairie de bandes dessinées Le flâneur des deux rives, près du Luxembourg, peu avant la sortie (mondiale, en 1.700 exemplaires!) de Johnny23, la version «pirate» de Toxic: Burns a recadré, remonté les vignettes dans un ordre différent, avec son rythme propre, en noir et blanc alors que Toxic est son premier album en couleur (en violet ronéo et blanc plutôt, hommage aux mangas des années 1970 et 1980), traduit dans une langue imaginaire composé dans un alphabet artificiel.

Nitnit dans «Johnny23» © 

Manière de rendre hommage à une contre-culture faite de détournements, de piratages, de reprographie bon marché. Manière aussi de reproduire l'expérience de Burns enfant, lisant ses premiers Tintin dans une langue qu'il ne connaissait pas (le français) avant même de savoir lire.

© 

Clin d'œil: la couverture de Toxic faisait référence à L'Étoile mystérieuse, avec son champignon explosif rouge et blanc, celle de Johnny 23 reprend explicitement L'Île noire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard