La Vie secrète des jeunes, par Riad Sattouf

Riad Sattouf observe le monde avec une acuité dérangeante. Chronique furieuse et drôle de l’époque actuelle, La Vie secrète des jeunes porte un regard tantôt clinique, tantôt cynique sur le quotidien. Un quotidien fait de rencontres dans le métro, dans les bus, aux terrasses des cafés, dans les magasins. En France, à Paris ou ailleurs, au Canada, à Rennes, en Corse, à Ushuaia… en Argentine. Avec un dénominateur commun : l’élément humain ne lasse plus de nous surprendre. Ou le contraire.

Riad Sattouf observe le monde avec une acuité dérangeante. Chronique furieuse et drôle de l’époque actuelle, La Vie secrète des jeunes porte un regard tantôt clinique, tantôt cynique sur le quotidien. Un quotidien fait de rencontres dans le métro, dans les bus, aux terrasses des cafés, dans les magasins. En France, à Paris ou ailleurs, au Canada, à Rennes, en Corse, à Ushuaia… en Argentine. Avec un dénominateur commun : l’élément humain ne lasse plus de nous surprendre. Ou le contraire.

 

 © Riad Sattouf - L'Association © Riad Sattouf - L'Association

L’auteur de Pascal Brutal (primé à Angoulême en 2010), de Ma Circoncision et du Manuel du puceau, réalisateur des Beaux Gosses, revient avec de nouvelles tranches de vies parues initialement dans Charlie Hebdo semaines après semaines. Depuis le premier tome, trois ans ont passé, la vie continue, les jeunes zonent toujours dans le métro, les couples se font et se défont, les parents tentent d’élever tant bien que mal leurs enfants. Ou ne font rien, ce qui semble revenir au même.

Les strips de Riad Sattouf compilés dans un album, c’est un concentré de vies, d’images, de scènes. L’auteur y croque la vie et le quotidien en creusant ses obsessions : la réalité dépasse forcément la fiction, et lorsque l’on croit le pire arrivé, il faut encore s’attendre à autre chose. Parce que l’homme est ainsi. Riad Sattouf ne grossit pas le trait, celui-ci semble déjà très épais. Les situations sont absurdes, sorties d’un réel que l’on peine à imaginer tant elles sont crues, cruelles. Parfois cocasses, ces saynètes bousculent l’ordre que certains voudraient établi. Riad Sattouf parle de diversité, d’ethnies, de tribus.

L’auteur utilise par exemple le langage sms comme mode d’écriture à part entière, une écriture contrainte pour illustrer, contextualiser les personnages, pour les faire exister ailleurs que dans les images d’Epinal et ainsi les rendre visibles. Là où la société voudrait qu’ils ne soient qu'une minorité. Visible elle aussi. Cette nouvelle manière de dialoguer, imagée et phonétique, Sattouf la retranscrit avec les codes, les us. Mais toutes les CSP sont représentées, brocardées souvent. Les bobos, les hommes, les femmes, pères et mères de famille, célibataires, immigrés…

 

 

 © Riad Sattouf - L'Association © Riad Sattouf - L'Association

Riad Sattouf s’arrête également sur l’affaire Ilan Halimi. Reprenant deux articles d’Ariane Chemin (Le Monde) et de Patricia Tourancheau (Libération), il retrace l’odyssée terrible à travers le rôle joué par les « séductrices » utilisées par les barbares. Sans fard, d’une manière glacée, il retrace le parcours des unes et plus précisément celui de Yalda. Interrogée par l’enquêtrice, à la question « c’est donc pas grave de garder quelqu’un contre son gré jusqu’à ce qu’il avoue quelque chose ? », cette dernière a répondu « ben, non ».

 

 © Riad Sattouf - L'Association © Riad Sattouf - L'Association

 

Plus loin, Riad Sattouf raconte comment, lors d’un dîner « bande dessinée » organisé par le Ministère de la Culture, il tente « naïvement » de faire du lobbying… Christine Albanel lui est présenté, on l’introduit comme étant Rial Malouf. Elle ne réagit pas. Et passe aux invités suivants.

 

 © Riad Sattouf - L'Association © Riad Sattouf - L'Association

 

La vie secrète des jeunes 2 est d’un réalisme terrible, Riad Sattouf a observé et retranscrit, décrit, dépeint. Il en ressort une mosaïque sociétale parfois ahurissante, où le meilleur de chacun semble côtoyer le pire. Edifiant. Indispensable.

 

BD

 

 

 

La Vie secrète des jeunes, Tome 2, L'Association, 19 €

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.