mot de passe oublié
Soutien

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert

ABONNEZ-VOUS
Le Club de Mediapart jeu. 11 févr. 2016 11/2/2016 Dernière édition

Des nouvelles de Tintin

C’est un Tintin « copie conforme » qui est arrivé dans les bacs des libraires au début de l’été. Casterman réédite en effet dans une collection fac-similé noir et blanc les cinq premiers albums du reporter d’Hergé. 

C’est un Tintin « copie conforme » qui est arrivé dans les bacs des libraires au début de l’été. Casterman réédite en effet dans une collection fac-similé noir et blanc les cinq premiers albums du reporter d’Hergé.

 

 © Hergé / Casterman © Hergé / Casterman
Il faut se souvenir que les neuf premiers albums des aventures de Tintin ont d'abord été publiés en noir et blanc et que, par la suite, Hergé a fait une version en couleurs de ses tout premiers albums (qu'il a – parfois entièrement – redessinés et dont il a plus ou moins modifié le scénario). Cette nouvelle publication est donc l’occasion de redécouvrir Tintin au Pays des Soviets (1930), Tintin au Congo (1931), Tintin en Amérique (1932), Les Cigares du pharaon (1934) et Le Lotus bleu (1936).

 

Cette « nouvelle » édition se distingue des précédentes à plus d'un titre. Par le contenant d’abord, puisque ces livres bénéficient d’une magnifique édition "à l'ancienne" (couverture non pelliculée, dos toilé, papier épais, 16,7 x 22,4 cm...). Par le contenu ensuite puisqu’il s’agit de réimpressions du travail original d’Hergé. Le plaisir est entier à la lecture de ces fac-similés, agrémentés d’inserts choisis en pleine page et en couleur. On a l’impression de lire Tintin « en vintage dans le texte » et le tintinophile se piquera d’aller repérer les cases modifiées, les personnages au trait parfois surprenant, les changements de nom :

 

 © Hergé / Casterman © Hergé / Casterman
Ainsi, dans Les Cigares du Pharaon, après que Tintin a échappé (une fois encore) aux Dupond-Dupont dans le désert, le héros d’Hergé arrive à La Mecque. Dans la version ultérieure, il arrive dans « une ville ». Pénétrant dans la cité, il apprend qu’un sheik a été attaqué par deux hommes de la tribu des Chammba (la tribu des Bouaras dans la version moderne), peu après il est enrôlé de force dans l’armée sous le pseudonyme de Bah-Bahr. Qui deviendra « Beh-Behr » dans la version de 1955. Sans compter de nombreuses « coupes » dans certaines scènes de l'album...

 

Il ne s’agit pas pour autant et uniquement de pouvoir jouer au jeu des sept erreurs avec ces retirages originels. L’intérêt réside aussi dans la valeur quasi historique que peut revêtir une telle réédition : avec une telle remise dans le contexte de l’écriture d’alors, on sent poindre sous le trait et les scénarii les influences diverses qu’a pu avoir Hergé, et notamment l'époque et l'environnement géopolitique. Plus encore, il est intéressant de voir l’évolution du graphisme du dessinateur tenant (pour ne pas dire aux sources) de la ligne claire. Le dessin se fait imprécis, naïf, caricatural et binaire. Il deviendra minutieux, expressif dans la sobriété, strict dans l’épure et dans un foisonnement de détails architecturaux, mobiliers, techniques caractéristiques de la fameuse ligne.

 

Comme dans ces deux versions du Lotus Bleu, où l'on voit Tintin en lutte contre le trafic de drogue en Asie (avec la disparition d'un jeu de mot savoureux au passage...) :

 

 © Hergé / Casterman © Hergé / Casterman

 

 © Hergé / Casterman © Hergé / Casterman

 

Hergé a écrit et dessiné ces 4 albums entre 1930 et 1937 (dates de premières publications), le héros ne devant pas survivre au décès de son auteur, Tintin est entré depuis longtemps au panthéon de la bande dessinée. Retrouver ce classique en version originale est une nouvelle façon (et non des moindres) de visiter ce monument du patrimoine du 9ème art. – D. B.

 

 

 

Les aventures de Tintin (fac-similé de l’édition en noir et blanc) en petit format, nouvelle édition, 130 pages environ, couverture non pelliculée, dos toilé, papier épais, 16,7 x 22,4 cm. Par Hergé. Casterman 2010. 9 € 95 l’album

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Pourquoi tous ces personnages sans mère ?

A lire, comme un bouquin à suspense- mais écrit avec respect - le bouquin du psychanalyste Serge Tisseron (Tintin et les secrets de famille). Qui par ailleurs s'intéresse à la BD et à ses "cadres".

L' hypothèse/démonstration en texte & images de Serge Tisseron vaut le détour, d'autant plus qu'il l'avait émise avant toute indication biographique !

Les amoureux de Haddock ne seront pas déçus.

Soutenez Mediapart !

Soutien

Souscrivez à notre offre d'abonnement : 9€/mois + 1 film en VOD offert
ABONNEZ-VOUS

L'édition

suivi par 186 abonnés

Papiers à bulles

À propos de l'édition

Actualité de la bande dessinée. Chroniques BD et critiques d'albums. Nouveautés et avant-premières. Séries cultes et découvertes. Interviews d'auteurs, scénaristes et dessinateurs.