Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 26 janv. 2009

L’Affaire des affaires, Denis Robert mène l’enquête

« Je suis le facteur humain d’une histoire complexe, improbable et protéiforme dont personne ne peut prévoir l’issue. Cette histoire est universelle ». [Denis Robert]

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

« Je suis le facteur humain d’une histoire complexe, improbable et protéiforme dont personne ne peut prévoir l’issue. Cette histoire est universelle ». [Denis Robert]

Hersonissos, Crête, mai 2006. Denis Robert goûte des vacances en famille, loin des agitateurs et de l’agitation médiatiques, loin de l’actualité, loin de la France. Avant que les affaires « ne le rattrapent » par télévision et coups de téléphones incessants interposés. Tel est le point de départ de L’Affaire des Affaires, de Denis Robert, Laurent Astier, co-écrit avec Yan Lindingre, premier tome d’un triptyque consacré aux arcanes et aux dérives du système financier, dans les antichambres du pouvoir, dans le monde secret de « l’hyperfinance ».

Denis Robert mène l’enquête… sur Denis Robert. Décliné sous forme de bédé, ce « récit sur trame autobiographique » se présente comme un polar, noir, dense, clipé, livresque, documenté, précis. A l’origine du projet : le principal intéressé bien sûr, Yan Lindingre (scénariste de Chez Francisque), Philippe Ostermann et les éditions Dargaud (avec qui Denis Robert avait déjà travaillé pour Tout va bien : Yvan et la banquière chez Poisson Pilote). Après le travail de story-board assuré par Lindingre, ce dernier a estimé que son dessin trop « rigolo » (selon ses propres termes) ne servirait pas le propos de l’album et Laurent Astier (Cellule Poison, Cirk…) est arrivé pour compléter le duo initial.

Pour reprendre mais contredire Stéphane Beaujean* dans Les Inrockuptibles du 20 janvier 2009, la bande dessinée peut « se défaire de son statut d’adolescente des arts ». Preuve en est avec L’Affaire des affaires. Bande dessinée adulte, mature, au sujet en prise avec l’actualité, l’album de Robert, Astier et Lindingre est tour à tour didactique, poétique, allusif et offre plusieurs niveaux de lecture, quoi qu’en dise Denis Robert dans l’interview qu’il m’a accordée le 24 janvier 2009.

En épigraphe de l’album, cette citation :

Clin d’œil ? Pied de nez ?

Le sujet et l’exercice s’y prêtent. En mettant en scène un pan précis de l’histoire nationale – le livre s’ouvre sur un Conseil des Ministres présidé par Jacques Chirac en mai 2006 –, L’Affaires des affaires prend le risque et ose le pari de la bédé réaliste, étayée, à destination d’un public large : les lecteurs de bande dessinée dite « classique » et un « nouveau » lectorat, davantage tourné vers les essais, vers l’actualité, voire la polémique. Comme la quatrième de couverture le souligne, L’Affaires des affaires est « l’histoire d’un journaliste qui essaie d’informer ses lecteurs dans le monde d’aujourd’hui. » En revenant sur deux ans de sa vie, deux ans pendant lesquels il a été acteur, victime, instrument… grain de sable métaphorique, Denis Robert brosse un tableau sombre du monde politique et financier. Les escrocs foisonnent, les circuits de blanchiment d’argent sont opaques, les requins de la finance beaux-parleurs ne sont nullement inquiétés, et seuls quelques rares, trop rares, moments de simplicité et d’innocence se détachent de cet obscur tableau.

Dans sa dimension didactique, L’Affaire des affaires réussit son coup et tient le lecteur en haleine, en se situant bien avant les affaires Clearstream. En croisant l’histoire personnelle de Denis Robert avec son activité d’écrivain enquêteur, il nous plonge au cœur de ses motivations les plus profondes, les plus intimes : la quête perpétuelle d’une absolue vérité et une volonté farouche de rendre compte, depuis leur centre, des rouages et des mécanismes de la corruption et des paradis fiscaux. Les évènements s’enchaînent pendant que les « éléments » se déchaînent.

Pour qui ne serait pas au fait des choses, étant donné la complexité, les silences et les traitements médiatiques des dossiers, L’Affaire des affaires est un formidable retour en arrière, somme chronologique et explicative : nous suivons Denis Robert entre 1995 et 1997, de Metz à Paris pendant qu’il était à Libé ; puis de Milan à Madrid, enfin de Paris, encore, pour l’écriture de La Justice ou le chaos jusqu’à Genève le 1er octobre 1996, pour l’appel de sept grands magistrats anti-corruption en vue de la constitution d’un espace judiciaire européen.

Plus de dix ans après, L’Affaire des affaires paraît. Avec un démarrage d’album en fanfare (Chapitre 1 : « Le Croc de boucher »), magnifiquement servi par le dessin tout en finesse, réaliste, précis de Laurent Astier, suivant le découpage initial du story-board de Yan Lindingre qui a séquencé, rythmé l’album dans le premier travail de mise en images. Laurent Astier et Yan Lindingre, que j’ai rencontrés le 23 janvier, m’ont parlé de cette reprise, de cette appropriation, de cette adaptation du dessin au propos.

Le graphisme monochrome de l’album n’empêche pas l’animation. Laurent Astier a apporté un mouvement, une profondeur, avec des contre-plongées – à l’image de ce qu’il a déjà fait dans Cellule Poison chez Dargaud également –, avec le jeu des images débordant du cadre restrictif des cases… Il a créé le personnage du spectre, figure noire et sans visage de la corruption, figure du mal qui ronge et qui envahit, s’insinue. Les pages qui sont consacrées au « spectre » – ou lorsque ce dernier apparaît à l’occasion de digressions, de pensées du personnage central – renforcent l’impression d’emprise, d’oppression, contribuant au côté « roman » de l’album. Qui se lit comme tel. A l’inverse des bédés « financières » comme I.R.S. ou Section financière, qui, sans être dénuées de qualités, restent d’une facture très classique. Graphiquement L’Affaires des affaires possède un caractère « mobile », avec l’alternance de dessins réalistes ou cartoonesques pour souligner certaines situations et de passages clairs qui font retour au réalisme de l’histoire.

Denis Robert a enquêté. Avec L’Affaires des affaires, il livre le fruit de dix années de réflexions qu’il couche sur papier avec Laurent Astier et Yan Lindingre. Il évoque ces (ses ?) années en offrant en creux des réflexions sur l’argent, le travail de journaliste, sur la finance et ses dérives, sur les médias – « A mon avis, la raison pour laquelle je n’ai jamais fait un ‘bon journaliste’, c’est que je passe trop de temps à rêver à une vie meilleure… » –, sur l’amitié, sur les « amis », sur les « prolos », spectateurs involontaires et impuissants, sur les magouilles, sur la politique. Le tome 1 est une ouverture. Une grande scène d’exposition qui jette les jalons de la suite de l’histoire... Des histoires : le tome 2 dont la sortie est prévue en septembre 2009, et l’Histoire – réelle – qui n’est pas écrite à ce jour. D’où l’interrogation sur le nombre de tomes de cette série : trois ? Quatre ? L’histoire et l’Histoire le diront.

L’Affaire des affaires n’est pas seulement une bande dessinée, ou une autobiographie, ou une enquête sur le milieu de la finance, ou l’exposé des doutes voire des regrets d’un homme pris dans un tourbillon médiatique et politique. C’est un peu tout cela à la fois.

DB

L’Affaires des affaires, tome 1 – L’Argent invisible. De Denis Robert, Yan Lindingre et Laurent Astier. Dargaud 2009. 22 €.

* « La bande dessinée aimerait bien se défaire de son statut d’adolescente des arts ». A propos de la biographie de Charlie Schlingo par Jean Teulé et Florence Cestac, Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps, Dargaud 2009. Les Inrockuptibles, numéro 686 / 20 janvier 2009.

Prolonger : Interview de Denis Robert à l'occasion de la sortie de L'Affaire des affaires

Images © Robert – Lindingre – Astier – Dargaud 2009

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre