Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 199 abonnés

Billet de blog 26 déc. 2008

De Gaulle à la plage : « vive le de Gaulle libre ! »

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

 « Ici le Général de Gaulle qui vous parle depuis le poste de secours

[…] Le singe se parfume à la naphtaline… Je répète… Le singe se parfume à la naphtaline… L’oncle Oscar est reparti à Bornéo… Je répète… »

Revisitons l’Histoire avec un grand « h » et avec Jean-Yves Ferri, « Eté 1956 : lassé de l’ingratitude des Français et de la médiocrité de leurs dirigeants, le libérateur de la France décide de prendre quelques vacances bien méritées… »

Pouvez-vous imaginer plus hilarant ? LE Général ; débarquant sur une plage en short militaire et tongs, avec des envies balnéaires et des mémoires de guerre à écrire. Jean-Yves Ferri nous compose un de Gaulle iconoclaste, incongru, tordant. Il utilise et s’amuse de l’image du grand homme, avec ses éclats, son verbe haut, sa morgue, sa constance… qu’il bat en brèche à chaque instant, reprenant les mots célèbres, jouant avec l’iconographie qui entoure et auréole le héros national. Devenu personnage de bédé.

La succession de strips de huit cases nous mène des préparatifs qui conduisent le grand Charles à ces pérégrinations balnéaires et thérapeutiques, à cette thalasso avant l’heure, pour goûter les joies de la pension de famille sur le front de mer, les ballons que l’on se lance, les paysages de dunes que l’on contemple avec la vanité d’écrire des mots immortels. Accompagné de Lebornec, son aide de camp, d’Yvonne et Fifi (Philippe de Gaulle, irrésistible avec son bob marin) et de Wehrmacht, chien loup traumatisé par le suicide d’Adolf Hitler, offert à Madame par un ancien de la 2ème D.B., de Gaulle s’installe avec serviette, parasol et aide de camp en bouée de sauvetage, au milieu d’un anonymat relatif difficilement supportable et d’une plage qu’il faut conquérir.

Ferri joue avec la mémoire, jongle avec les mots, son Général en devient badin. Sa grandiloquence est prétexte à quantité de revers de fortune, de caquet rabattu par le fidèle Lebornec ou d’oreilles rebattues par la toujours présente Yvonne. En nous présentant ce Général droit dans ses tongs devant les vagues d’adversité, Ferri en fait un de Gaulle monolithique et incompris, il lui fait traverser cette parenthèse avec éclat (et éclats de rire).

De Gaulle à la plage, ou l’art de décaler avec délice, nous procure son lot de morceaux de bravoure : quand le Général se laisse aller à de simples plaisirs communs (jouer au ballon, au cerf-volant, quand il veut courir nu vers les mouettes…), quand il tente de communiquer avec Winston Churchill, quand il donne des conseils précieux à son fils en proie à des questions existentielles. Monument de décalage, le chien Wehrmacht est le prétexte à quelques strips qui valent leur pesant de croquettes.

Sélectionné parmi les dix titres du prix BD des lecteurs de Libération, de Gaulle à la plage est l’exemple parfait du fait que l’on peut rire de tout, avec finesse et esprit potache, et une irrévérence savamment dosée. Le personnage de de Gaulle à la plage est apparu en 2006 dans Vive la politique, album dans lequel un collectif d’auteurs raillait le microcosme des gouvernants avec férocité et humour. L’auteur et l’éditeur se sont par ailleurs beaucoup amusés à nous proposer un album « à l’ancienne » avec dos toilé, couleurs tramées surannées, et une quatrième de couverture parodique égrainant les autres titres de la collection « de Gaulle à… »

Paradoxe des paradoxes, on sait que le Général lui-même disait que son seul rival international était un personnage de bande dessinée. Ferri a réparé cette lacune et fait marcher de Gaulle sur les traces de Tintin. La postérité n’a qu’à bien se tenir. De Gaulle a emporté ses tongs.

De Gaulle à la plage, Jean-Yves Ferri, Poisson Pilote, décembre 2007, 10,95€

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo