Dominique Bry
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Papiers à bulles

Suivi par 198 abonnés

Billet de blog 30 janv. 2010

Décès d'Howard Zinn, historien et auteur d'Une histoire populaire des Etats-Unis

Howard Zinn aurait eu 88 cette année. L’historien américain est décédé le 27 janvier 2010 à Santa Monica, Californie. L'adaptation en bande dessinée de son best-seller Une histoire populaire des Etats-Unis (chez Vertige Graphic) fait partie de la sélection officielle du Festival d'Angoulême 2010. 

Dominique Bry
Misanthrope sociable. Diacritik.com
Journaliste à Mediapart

Howard Zinn aurait eu 88 cette année. L’historien américain est décédé le 27 janvier 2010 à Santa Monica, Californie. L'adaptation en bande dessinée de son best-seller Une histoire populaire des Etats-Unis (chez Vertige Graphic) fait partie de la sélection officielle du Festival d'Angoulême 2010.

© HowardZinn(c)RobinHolland

Auteur de vingt livres, dont le best-seller Une histoire populaire des États-Unis, Howard Zinn était professeur émérite du département de science politique de l'Université de Boston. Il vivait à Newton dans le Massachusetts. Howard Zinn a été longtemps actif dans les droits civils, libertés publiques et les mouvements anti-guerre aux Etats-Unis. Il a écrit sur ces trois sujets. Le 27 août dernier, paraissait en France Une Histoire populaire de l'empire américain, adaptation en bande dessinée du livre de l’historien paru initialement en 1980.

Ancien aviateur, il a participé pendant la Deuxième Guerre mondiale au bombardement de Royan où l'armée américaine a utilisé pour la première fois massivement le napalm. Cette expérience a nourri en lui une horreur rétrospective pour toute forme de guerre. Son expérience personnelle sera le déclencheur de toute sa pensée politique qu’il élève au rang de devoir : « la désobéissance civique ». Depuis les années 1960, il est un acteur de premier plan du mouvement des droits civiques comme du courant pacifiste aux États-Unis.

© Zinn - Buhle - Konopacki / Vertige Graphic

En écrivant Une Histoire populaire des Etats-Unis, le postulat d’Howard Zinn a été le suivant : l’histoire des États-Unis est habituellement présentée dans les manuels selon un point de vue unique, passant sous silence dans les manuels certains de ses acteurs. Son objectif est donc de confronter avec précision la version officielle, héroïque, aux témoignages des plus modestes : les minorités ethniques, indiens, esclaves, soldats déserteurs, ouvrières du textile, syndicalistes, GI du Vietnam, activistes des années 80-90…

De fait, son Histoire populaire offre une perspective différente, le livre dépeint les luttes, les batailles, la guerre civile, les mouvements libertaires, les révoltes, et l’adaptation en bande dessinée renforce le propos de l’auteur et les thèmes que celui-ci a développés tout au long de sa vie et dans son livre. Livre qui est aujourd’hui encore cité en exemple et donné à lire dans toutes les écoles américaines. Il s’est vendu à 1,7 millions d’exemplaires.

© Zinn - Buhle - Konopacki / Vertige Graphic

La rencontre d'Howard Zinn avec Paul Buhle et Mike Konopacki a donné naissance à ce roman graphique, qui s’ouvre sur l’après 11 septembre 2001 — à l’instar d’A l’ombre des tours jumelles, d’Art Spiegelman —. Mais là où l’auteur de Maus nous emmenait sur le terrain de l’affect, de la souffrance et de la perte d’identité, le trio d’auteur, sans nier la douleur ressentie par un pays tout entier, se sert du terrible événement pour entamer une quête. Car il s’agit pour Howard Zinn, mis en scène dans la BD, d’un élément déclencheur, du moins dans l’album, dans une scénographie dramatique, qui va le conduire à parler, parler encore de ce qui lui tient à cœur, le tenaille, ce qui est son métier et sa passion : l’histoire. Et sa vision de l’histoire des Etats-Unis.

La lecture d'Une Histoire populaire de l'empire américain est fluide, la narration suit une conférence au cours de laquelle Howard Zinn s’adresse à un public de militants pacifistes. Il est un des leurs. Il va leur raconter une partie de sa vie pour illustrer son parcours et sa transformation, ce qui l’a conduit à penser autrement, à vouloir écrire une autre histoire que celle communément apprise. L’histoire racontée par les vainqueurs.

© Zinn - Buhle - Konopacki / Vertige Graphic

En s’attachant au personnage d’Howard Zinn, les auteurs vont tour à tour raconter les massacres des Indiens, la naissance des pouvoirs et des contre-pouvoirs, l’anéantissement du mouvement ouvrier, le commerce des esclaves, la conscription forcée, la place des femmes, les interventions américaines à l’étranger, la CIA et cette suprématie doctrinale brandie en étendard de par le monde… Il s’agit alors de voir une Amérique regardée dans un miroir. Une autre Amérique. Et de prendre la mesure ce qu’elle n’a pas retenu de sa propre histoire.

Tout au long du récit, la bande dessinée retrace le parcours de militant d’Howard Zinn. Comment il a été matraqué un jour par un policier lors d’une manifestation. De ce jour, émergeant de sa douleur, selon ses propres termes, « il n’était plus un liberal — c'est-à-dire croyant aux vertus d’auto régulation de la démocratie —, il était devenu un radical, pas un réformateur, convaincu désormais que son pays était dans l’erreur. Howard Zinn était abasourdi, perplexe. L'Amérique, pays de la liberté d’expression, de manifestation, pays du Bill of Rights, vivant en démocratie. Et pourtant… » Le livre parle de son engagement dans l’armée de l’air durant la 2nde Guerre Mondiale, ainsi que de son mariage express pendant une permission. Zinn note que l’entrée en guerre des USA a eu lieu pendant que le mouvement des travailleurs prenait de l'ampleur. « En 1941, il y avait plus de 4000 piquets de grève dans le pays. Il n’y en avait pas eu autant depuis 1919 ». A cette époque, Zinn travaillait sur les docks de New York, participant à la construction d’un navire de guerre. Les apprentis n’étaient pas syndiqués. Il participa à la création d’un syndicat. « Les fondateurs veillaient tard. Parlant d’union, de socialisme, et de la guerre ».

© Zinn - Buhle - Konopacki / Vertige Graphic

En ouverture de sa conférence, Howard Zinn a ces mots terribles : « Bien que je fus un jeune homme qui questionnait son pays, mon enrôlement dans l’armée de l’air pour combattre lors de la seconde Guerre Mondiale s’expliquait par le simple fait que l’ennemi était clairement le mal incarné. Mais notre erreur, en tant que nation, était de croire que tout ce que notre camp a fait était le bien. ».

En 2008, à l’âge de 85 ans, le professeur émérite de l’Université de Boston s’était donc tourné vers un nouveau média, le roman graphique, avec Une histoire populaire de l’empire américain. Il considérait qu'il pourrait ainsi toucher un lectorat encore plus large, les jeunes générations étant davantage attirées par ce support. Ajoutant le dessin aux mots, qui avaient été jusque-là ses seules armes, pour continuer de parler de sa version de l’histoire des Etats-Unis.

Joe Sacco, l’auteur de Gaza 1956, en marge de l’histoire avait quant à lui eu cette phrase: « au coeur de cette vaste critique dessinée de l’Empire américain se trouvent les terribles histoires humaines de tous ceux qui ont résisté – incluant ces magnifiques séquences autobiographiques de l’auteur Howard Zinn, au courage et à la vie exaltante ».

On lui demanda lors de la sortie de la bande dessinée ce qu'il pensait d'être ainsi représenté, s’il aimait son personnage dessiné. Howard Zinn répondit : «At first, I was taken aback, it makes me look smarter than I really am.»

DB

© Zinn - Buhle - Konopacki / Vertige Graphic

UNE HISTOIRE POPULAIRE DE L’EMPIRE AMÉRICAIN d’Howard Zinn, Mike Konopacki et Paul Buhle. Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Barbara Helly. Vertige Graphic, 288 p., 22 €

Mike Konopacki, originaire de Madison, dans le Wisconsin, est le dessinateur de cet ouvrage et a participé à l'écriture.

Paul Buhle est maître de conférence aux départements d'histoire et de civilisations américaines de la Brown University. Il est l'auteur et l'éditeur de nombreux livres, toujours liés à l'histoire politique ou à la bande dessinée. Il est à l'origine de l'adaptation en bande dessinée du livre d'Howard Zinn.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — Europe
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — Médias
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit

La sélection du Club

Billet de blog
Primaire et sixième République : supprimons l'élection présidentielle
La dissolution de l'Assemblée afin que les législatives précèdent la présidentielle devrait être le principal mot d'ordre actuel des partisans d'une sixième République.
par Jean-Pierre Roche
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille