Des places à gagner pour le Festival Cinéma et Droits Humains d'Amnesty International

Le Festival Cinéma et Droits Humains se tiendra du 7 au 12 novembre au Cinéma Le Reflet Médicis. Cet événement est organisé par les militants d’Amnesty International Paris, en collaboration avec le siège d’Amnesty International France.

affiche-fest-film-ai-2017-420x594
Mediapart propose à ses abonnés cinq lots de deux places pour une séance de votre choix pendant le festival. Retrouvez la programmation ici, et découvrez le blog d'Amnesty International sur le Club. Pour participer, envoyez un mail à l'adresse evenements@mediapart.fr, en indiquant votre nom et la séance de votre choix (que vous retrouverez ici).

Le Festival Cinéma et Droits Humains est un événement organisé par les militants d’Amnesty International Paris, la structure d’animation parisienne d’Amnesty International France.

Il se caractérise, entre autre, par sa capacité à montrer à travers des oeuvres exigeantes, de fiction ou documentaires, la réalité des luttes menées aujourd’hui pour la défense des droits humains.

Le Festival Cinéma et Droits Humains se veut le miroir de ces combats afin de sensibiliser le spectateur et initier un engagement.

L'Edition 2017

Cette année, six films seront présentés, six réalisateurs qui, à travers leurs talents, ont interpellés en dénonçant les injustices dont ils veulent se faire l’écho.

Ainsi, seront mis à l’honneur des réalisateurs avec des premiers longs métrages intenses : Xavier Legrand (Jusqu’à la garde) primé à Venise, Saint Jean de Luz… ; Rungano Nyoni (I am not a witch) et Christian Sonderegger (Coby) tous deux remarqués à Cannes. Mais aussi, des oeuvres de réalisateurs confirmés Dieudo Hamadi (Maman Colonelle), Mahamet-Saleh Haroun (Une saison en France) et Emmanuel Gras (Makala).

Un hommage tout particulier sera rendu à Abbas Fahdel, qui fait l’honneur d’être le parrain de cette 8ème édition. Il symbolise parfaitement le cinéma engagé, à travers des oeuvres parfois monumentale (Homeland), souvent intime (Retour à Babylone), et surtout touchante (L’aube du monde).

Enfin, comme chaque année le public est appelé à se mobiliser pour une personne dont les droits sont bafoués. Pour cette 8ème édition, il s’agit de Ni Yulan, avocate chinoise engagée dans la lutte contre les expropriations et expulsions forcées. Elle est poursuivie, harcelée par les autorités chinoises et empêchée de quitter la Chine.

Cette 8ème édition promet tout excepté l’indifférence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.