La rédaction de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Billet publié dans

Édition

Complices

Suivi par 90 abonnés

Billet de blog 6 févr. 2020

Joaquin Phoenix, star d’un film d’alerte sur le climat

La star d’Hollywood incarne un chirurgien incapable de sauver Gaïa dans un court-métrage d’Extinction Rebellion et Amazon Watch, en soutien à la campagne « Mobilize Earth », que Mediapart diffuse en avant-première française.

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

C’est une simple formule mais elle capte un peu de l’esprit de l’époque : le nouveau film de Joaquin Phoenix, star lunaire d’Hollywood, est une vidéo militante contre les dérèglements du climat et la destruction de l’Amazonie. Tourné par le documentariste et militant des droits des animaux Shaun Monson, initié par Extinction Rebellion, mouvement de désobéissance civile pour le climat, et Amazon Watch, une ONG de défense des peuples autochtones amazoniens, ce très court-métrage, intitulé Guardians of Life (« Les Gardiens de la vie »), met en scène la fin du monde. Et sa sauvegarde, en dernier ressort, par la puissance magique d’une jeune femme autochtone. Il est adossé à une campagne de mobilisation pour le climat : www.mobilize.earth. Vous pouvez le voir, en avant-première française, ci-dessous :

Private video on Vimeo

C’est un film tract, comme auraient pu dire des cinéastes militant·e·s des années 1970, fabriqué pour attiser le désir d’engagement, mais à la façon hollywoodienne : effets spéciaux, musique mélodramatique, rythme publicitaire et stars de cinéma : Joaquin Phoenix, donc, nominé dans la catégorie « meilleur acteur » à la prochaine cérémonie des Oscars – qui se tiendra le 9 février –, Rosario Dawson, Oona Chaplin, Matthew Modine. Il sert de support à un site de mobilisation : www.mobilize.earth, qui appelle tout un·e chacun·e à sortir de l’inertie et à entrer en action pour combattre les dérèglements du climat. Il se clôt sur des images angoissantes de mégafeux en Amazonie et en Australie, représentés vus du ciel, créant une atmosphère d’apocalypse. Onze autres épisodes devraient suivre, avec d’autres stars hollywoodiennes, autour de l’idée de porter à l’écran « les problématiques les plus anxiogènes auxquelles nous sommes confrontés en cette décennie décisive pour la survie de la vie sur terre », comme l’explique X/R dans un communiqué.

Les stars de l’industrie du spectacle vont-elles « user de leur influence pour relayer l’urgence de la crise écologique et climatique, la pire catastrophe à laquelle l’humanité ait jamais fait face », comme le promet le mouvement écologiste ? C’est une forme de bataille pour l’hégémonie culturelle qui voudrait se jouer avec cette série de courts-métrages. Joaquin Phoenix a récemment été arrêté lors d’une manifestation organisée par l’actrice Jane Fonda, dans laquelle il avait pris la parole. L’actrice organise depuis plusieurs semaines des manifestations pour le climat inspirées par les Fridays for Future qu’avait initiés Greta Thunberg. Rosanna Arquette appelle les femmes à défendre la Terre-Mère avec autant de colère et de force qu’elles dénoncent les prédations sexuelles dans le mouvement #MeToo.

Comme pendant les mouvements contre la guerre au Vietnam dans les années 1970, ou contre le régime d’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1980, des personnalités du monde du spectacle tentent d’utiliser leur notoriété au service d’une cause : l’arrêt de la destruction du monde par le capitalisme et la civilisation industrielle – même si ces deux notions n’apparaissent pas dans le film. Le film a notamment été financé par la Catalysts Foundation, basée au Royaume-Uni, ainsi que par le mouvement Climate Save Movement. Le site web du film www.mobilize.earth veut susciter des passages à l’action militante et collecter des fonds pour financer les campagnes d’Amazon Watch et d’Extinction Rebellion. 


Mediapart est partenaire en France de la campagne Mobilize Earth. Plusieurs médias internationaux s’associent à cette série de films d’alerte climatique : Asahi Shimbun au Japon, News.com.au en Australie, Variety aux États-Unis, El País en Espagne, Mail Online en Grande-Bretagne, National Observer au Canada, Cumhuriyet en Turquie, La Repubblica en Italie, Times of India en Inde, parmi d’autres.

Sur Mediapart, vous pourrez suivre cette campagne et les films sur le blog Mobilize Earth.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr