mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 25 sept. 2016 25/9/2016 Édition de la mi-journée

Mediapart partenaire du film "The Hunter"

The Hunter, perle cinématographique passée au travers des mailles de la censure iranienne, sort mercredi 16 février. Mediapart est partenaire.

The Hunter, perle cinématographique passée au travers des mailles de la censure iranienne, sort mercredi 16 février. Mediapart est partenaire.

The Hunter, film iranien de Rafi Pitts, en salles le 16 février, est passé on ne sait par quel miracle entre les gouttes de la censure de Téhéran. Présenté comme «le dernier film tourné avant le début du deuxième mandat de Mahmoud Ahmadinejad», quelques semaines à peine avant les espoirs de la révolution verte de juin, The Hunter suit les pas d'un homme, tout juste sorti de prison, et qui va vite devoir fuir la capitale (pour des raisons que l'on taira). Le film, très élégant, tout en finesses, s'épanouit à la croisée des chemins, entre les figures imposées du cinéma américain des années 70, et la critique sociale du «nouveau cinéma iranien». Inspiré d'une nouvelle écrite en 1952 par Bozorg Alavi, le drame est pourtant brûlant d'actualité.

 

Dans un entretien avec Mediapart, Rafi Pitts affiche son soutien à Jafar Panahi et Mommamad Rasoulof, cinéastes iraniens arrêtés à Téhéran alors qu'ils préparaient un film sur les manifestations anti-Ahmadinejad de 2009: lire l'article.

 

Regarder la bande-annonce:

© KELFILM.COM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mediapart remercie ses abonnés :

Toutes les places ont d'ores et déjà été allouées (elles seront envoyées par courrier directement à leurs destinataires).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Film excellent. Cadre parfait, "nettoyage" absolu de l'image et du scénario. Pa de pathos, pas de chichi.

Pourquoi le film a-t-il échappé à la censure ? une des raisons est sans doute l'ignorance, la bêtise des commissions de censure en Iran : ce film dit le vide social qui laisse l'homme seul, ébété une fois que le petit cocon familial a éclaté.

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 28 abonnés

Complices

À propos de l'édition

Des rencontres, des forums, des festivals... organisés ou proposés par Mediapart.