« Je suis russe, je suis né dans la région de Léningrad et ai grandi à Kiev. Je descends de cosaques du Don et de prêtres orthodoxes du Nord de la Russie. Sur mes 52 ans j’en ai passé 50 à Kiev. J’ai été élevé dans la culture russe. Je pense, parle et écris en russe. Aujourd’hui, sain de corps et d’esprit je déclare solennellement que je n’ai pas besoin que l’on me protège et exige le retrait immédiat des forces russes du territoire de l’Ukraine. » Voilà ce qu'écrivait récemment Andreï Kourkov dans l’une de ses nombreuses contributions aux médias ukrainiens et internationaux...

De retour de Crimée après une série de reportages pour Mediapart, j'aurai le plaisir d'animer un débat avec ce romancier savoureux ce mercredi 19 mars à la librairie du Globe, centre historique de la littérature russe à Paris (67 boulevard Beaumarchais). Fondée en 1952 dans le cadre d’un réseau mondial de librairies soviétiques, la librairie du Globe est en effet devenue au fil des ans la référence pour les amateurs de lettres russes et un lieu de rencontres pour tous ceux qui s'intéressent aux différentes facettes de la culture russe. La discussion commencera à 20 heures ; l'entrée est libre dans la limite des places disponibles.

Andreï Kourkov, écrivain ukrainien de langue russe

Andreï Kourkov fait partie des écrivains russophones actuels les plus connus à l'étranger. Son roman Le pingouin, paru en France en 2000, a rencontré un succès international. Depuis, son œuvre est traduite en 36 langues. Son dernier ouvrage paru en français, Le jardinier d'Otchakov, a été publié aux éditions Liana Levi.

Retrouvez notre dossier sur la révolution en Ukraine et le basculement de la Crimée. Et un portrait d'Andreï Kourkov que Mediapart avait déjà rencontré en 2010.


Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

[Ukraine 5.2] L’imposture du “gouvernement démocratique”

Point Ukraine : Au fou ! (+ Vidéos chocs)

 

Pour vous informer sur la situation en Ukraine, l'excellent site d'O. Berruyer : Les crises.fr

Une critique du Guardian sur son traitement de l'info sur l'Ukraine, mais qui peut s'appliquer à toute la presse occidentale, Mediapart compris :

De la propagande comme art de légitimation