Mohamed Arkoun, mort d'un grand penseur de l'islam

Mohamed Arkoun, professeur émérite d'histoire de la pensée islamique à la Sorbonne, est décédé mardi 15 septembre à Paris. En mai dernier, pour Compliquons les intrigues, il évoquait les rapports entre l'islam et la politique, notamment dans les Etats post-coloniaux.

Mohamed Arkoun, professeur émérite d'histoire de la pensée islamique à la Sorbonne, est décédé mardi 15 septembre à Paris. En mai dernier, pour Compliquons les intrigues, il évoquait les rapports entre l'islam et la politique, notamment dans les Etats post-coloniaux.



 

Revoici cet entretien vidéo, et ci-dessous le texte qui l'accompagnait:

Mohammed Arkoun n’est pas de ceux qui laissent indifférent. Professeur émérite d’histoire de la pensée islamique, il a été, tout au long sa carrière universitaire, au cœur de nombreux débats dans des pays musulmans comme en Europe. Celui qui se définit comme « chercheur-penseur-enseignant » a été souvent incompris, mal compris ou rejeté. Gestionnaires du sacré, responsables politiques, entrepreneurs du religieux n’hésitent pas parfois à mener contre lui des attaques d'une grande violence, loin des considérations scientifiques. Pourquoi dérange-t-il à ce point? En quoi est-il dangereux, si tant est qu’il le soit? Cette réticence à l’entendre est-elle le fruit d’une incompréhension de son discours ou une forme d’hommage à un esprit indépendant? Compliquons les intrigues lui donne la parole.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.