Billet de blog 1 juin 2017

La liberté de circulation : un impératif éthique et social

Ce communiqué du Gisti est paru en mai 2005.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1997, le Gisti a pris acte de ce que la lutte pour les droits des étrangers ne peut décidément s’accommoder de politiques fondées sur le principe de la fermeture des frontières et qu’elle implique un changement de paradigme : d’où la revendication de la liberté de circulation.

Depuis quelques années, les discours d’experts et de politiques se multiplient qui appellent à la fois au renforcement du contrôle des frontières - des frontières de plus en plus dématérialisées et externalisées - et à l’abandon du mot d’ordre de « l’immigration zéro ». Ces plaidoyers pour une immigration utile impliquent la reconnaissance d’une possibilité d’installation négociée en fonction des intérêts des pays de l’Union européenne et, dans le même temps, le refus de respecter les droits, les souhaits et les besoins des populations du Sud.

C’est dans ce contexte que le Gisti entend réaffirmer la nécessité d’une reconnaissance des droits à la liberté de circulation et d’installation.

La liberté de circulation, un impératif éthique

La militarisation progressive des frontières extérieures de l’Union européenne et des moyens utilisés pour lutter contre « l’immigration-clandestine-et-la-traite-des-êtres-humains » ne semble devoir connaître aucune limite. Chaque année des centaines d’exilés meurent sur les routes migratoires vers l’Europe. Par milliers, d’autres sont pris dans la nasse, enfermés dans des camps aux frontières de l’Union européenne, errent, des mois ou des années durant, le temps nécessaire pour contourner des dispositifs de répression de plus en plus sophistiqués et meurtriers

Face à cette guerre de basse intensité faite aux migrants et à la négation généralisée de leurs droits fondamentaux, la liberté de circulation est la seule revendication à même de rompre avec cette logique, et d’offrir une protection aux exilés qui fuient des persécutions.

Une liberté d’installation garante des droits sociaux de tous

Ceux qui réussissent, au péril de leur vie, à pénétrer dans cette « Europe forteresse » n’en ont pas pourtant fini avec l’« utilitarisme migratoire ». Faute d’avoir pu trier les migrants avant leur arrivée, ses promoteurs savent organiser leur clandestinité au profit de larges secteurs de l’économie. Privés du droit au travail, ils alimentent des pans entiers d’une économie fondée sur les impératifs de flexibilité et d’abaissement des coûts, et sur la recherche d’une main-d’œuvre à la merci de l’arbitraire des employeurs et des services de police. Le seul moyen d’éradiquer cette course au « moins-disant social » est de placer tous les salariés sur un pied d’égalité en reconnaissant aux étrangers le droit à une installation garante de l’égalité des droits sociaux avec les nationaux et les ressortissants communautaires. Sans cette reconnaissance d’un droit à une installation durable, les étrangers continueront inexorablement à être la cible de politiques visant à les mettre en concurrence avec des salariés dont les droits sont présentés comme coûteux, sinon illégitimes. Pour échapper à cet engrenage, il faut réclamer qu’au minimum tous les étrangers présents sur le territoire de l’Union européenne voient leur statut aligné sur celui des résidents communautaires.

La revendication des libertés de circulation et d’installation découle d’impératifs éthiques et sociaux. Elle n’implique pas la remise en cause des frontières. Elle n’implique pas davantage la suppression de toute régulation étatique en matière économique et sociale. Nous y voyons au contraire le levier permettant de transformer la fonction des frontières, pour qu’elles ne soient plus des barrières militarisées mais la simple délimitation d’un espace citoyen de délibération. La reconnaissance de ces libertés doit aller de pair avec le renforcement de l’État social, aujourd’hui fragilisé par une série de dispositifs libéraux dont fait partie l’ouverture contrôlée des frontières liée aux seuls besoins des économies du Nord et faisant fi des droits des migrants du Sud.

Réservations pour le concert «Liberté de circulation» du 5 juin 2017
(19,50€ au lieu de 25€) : http://bit.ly/Trianon-Gisti

Affiche alternative du concert Liberté de circulation du 5 juin 2017 au Trianon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier