Billet de blog 4 juin 2017

Flavia Coehlo et Arthur H annoncent le concert pour la liberté de circulation

Flavia Coehlo et Arthur H lisent un extrait de «Frères migrants. Déclaration des poètes», de Patrick Chamoiseau, pour annoncer le concert pour la liberté de circulation qui se tiendra, le 5 juin, au Trianon en soutien au Gisti.

association GISTI
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

ARTHUR H ▲ BIBI TANGA ▲ FLAVIA COELHO ▲ GAËL FAYE feat. Samuel Kamanzi & Jenrian ▲ INFECTICIDE ▲ LA DAME BLANCHE ▲ LOST avec Camélia Jordana et Laurent Bardainne ▲ TÊTES RAIDES ▲ TIE & THE LOVE PROCESS ▲ & quelques surprises

Radical Cinema est partenaire du concert "Liberté de circulation" organisé le 5 juin 2017 au Trianon à Paris, au profit du GISTI (Groupe d’information et de soutien des immigré·e·s). ▲ Avec également le soutien de Tracks, Mediapart, la librairie Nordest, et Locaimages.

Flavia Coehlo et Arthur H lisent Patrick Chamoiseau pour annoncer le concert Liberté de circulation © radicalcinema.org

À partir de l’été 2015, les médias et les responsables politiques européens ont parlé de « crise migratoire » pour décrire un « afflux » de réfugié⋅e⋅s aux frontières de l’Union européenne, sans jamais interroger la pertinence des chiffres brandis, ni, surtout, analyser les raisons qui ont poussé ces centaines de milliers de personnes à chercher protection en Europe. Parler de « crise » a surtout permis aux États européens – notamment la France, sur laquelle ladite « crise » a finalement eu peu d’impact – de se dédouaner de leur incapacité à faire face à une situation présentée comme imprévisible. Pourtant le contexte international, notamment le conflit syrien et la poursuite de la guerre en Afghanistan, rendaient l’augmentation de ces mouvements de population inéluctable depuis plusieurs années.

Parce qu’on ne peut que constater l’impasse à laquelle conduisent des politiques de contrôle et de répression croissante des migrations, le Gisti défend l’idée que la liberté de circulation est la seule alternative réaliste pour mettre fin aux situations dramatiques que connaissent les exilé⋅e⋅s.

Le Gisti, né au début des années 1970, est présent aux côtés des exilé⋅e⋅s, des sans-papiers, de toutes les personnes immigrées. Il se bat pour l’égalité des droits. Au cours de ces longues années de luttes, il a acquis la certitude que le combat pour les droits des étrangers et des étrangères ne peut s’accommoder de la fermeture des frontières et de la privation du droit de circuler pour tous ceux et toutes celles que le sort a fait naître du mauvais côté de la planète.

C’est pour défendre la liberté d’aller et venir et de vivre, d’aimer, de chanter, de rêver, de travailler là où on le souhaite que des artistes se mobilisent aujourd’hui aux côté du Gisti, en soutien à ceux et celles qui ont dû quitter leur pays.

▲De 17h à 19h se tiendra une table ronde, espace d’échanges et de débat, à laquelle participeront des membres du Gisti, des exilé⋅e⋅s, des écrivains (dont Patrick Chamoiseau), des artistes, des militant⋅e⋅s. ▲ Le collectif Radical Cinema projettera des vidéos témoignant du mouvement de solidarité avec les exilé⋅e⋅s qui s’est tissé dans le quartier de la Chapelle à Paris depuis le démantèlement du premier grand campement de réfugié⋅e⋅s et face aux violences policières dont ils et elles sont l’objet. ▲ Le concert débutera à 19h30.

▲ Réservations (19,50€) : https://www.letrianon.fr/fr/programme/liberte

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique