Billet de blog 1 oct. 2014

Proposition de titre I du projet de constitution d'une 6° République : Dispositions générales

POJ

POJ

auxiliaire de justesse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Explication du titre I :

Ce titre I énonce les obligations que se donne la République pour parvenir au but qu'elle poursuit, celui d'assurer le bien-être général dans le respect et la prééminence de la dignité humaine.

Ceci reste un projet qui peut être modifié.

Il y a aura d'autres titres pour préciser les différents pouvoirs, leur organisation, ...

Texte du projet de titre I :

" La République française est une démocratie reposant sur la souveraineté nationale issue exclusivement de l'expression du Peuple par le suffrage universel

La République française se donne comme but celui d'assurer le bien-être général du Peuple. Elle fait primer l'intérêt général sur l'intérêt particulier. Toute expropriation est équitablement dédommagée.

La République française est solidaire, sociale et laïque. La part de rétribution du travail ne peut pas être inférieure à celle du capital. L'augmentation annuelle du première est au moins équivalente à celle du second.

La République française est une et indivisible.

Les étrangers en situation régulière ont le droit de vote.

La République française proclame que tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Elle agit en sorte que les uns et les autres vivent dans un esprit de fraternité.

La nationalité française s'acquiert par la naissance sur le territoire national, le mariage avec une personne de nationalité française, ou la naturalisation de droit à l'issue de cinq ans de résidence régulière sur le territoire national. La nationalité française est exclusive de toute autre.

Le citoyen français ne peut pas être déchu de sa nationalité et il garde le libre exercice de ses droits civiques en toutes circonstances.

La République française offre l'asile aux personnes qui invoquent et justifient la qualité de réfugié. L'auteur d'un crime international ne peut pas solliciter l'asile. La République française a la compétence universelle de poursuivre les auteurs des crimes internationaux dont sont victimes les réfugiés qu'elle accueille.

Le Peuple a l'initiative de l'expression de la souveraineté nationale par le référendum, par voie de pétition rassemblant un nombre de signataires équivalent à 5% des personnes inscrites sur les listes électorales. Un référendum peut porter sur des élections anticipées.

Les prérogatives de la République s'exercent à travers l'Etat.

La République française est un Etat de droit. Elle repose sur les principes « Liberté Egalité Fraternité » et « Un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». Ces principes ne peuvent pas  faire obstacle au progrès social ni faire grief au respect de la dignité humaine.

Le respect de la dignité humaine est la norme fondamentale de l'ordre public français.

La République française proclame la dignité comme étant la matrice de tous les droits de l'Homme, dont ils procèdent et auxquels ils ne peuvent pas faire grief. La république française affirme la prohibition absolue de la torture et son imprescriptibilité.

Les droits de l'Homme sont indérogeables et intangibles.

L'Etat a l'obligation positive de garantir l'effectivité des droits civils, politiques, économiques, sociaux, culturels ainsi que ceux relatifs à un environnement sain, le droit à l'eau et le droit aux communications. Toute activité publique ou privée, notamment économique ou financière, s'exercent dans le strict respect de ces droits.

La loi est abstraite, générale et impersonnelle.

L'autorité et la légitimité de la loi découlent du respect des principes d'égalité et de fraternité.

Toute loi favorisant une catégorie de personnes est nulle et la discrimination est strictement prohibée.

Un acte privé ne peut pas entraver une décision publique réglementaire, la loi s'impose au règlement et à l'administration et elle doit être conforme à la constitution.

L'impôt est progressif et distributif. L'Etat prend les mesures nécessaires à sa bonne perception qui garantit la démocratie. Chacun y participe en proportion de ses revenus. La loi ne peut pas permettre de s'y soustraire ou de l'éluder. Chacun a le droit de vérifier par lui-même du bon usage et de la bonne gestion des deniers publics. Le gestionnaire d'argent public est responsable sur ses biens propres.

Sont soumis à la fiscalité française et au droit français les contrats, ventes, achats, services, donations, plus-values, ou tout autre produits réalisés sur le sol de la République ou ayant un lien avec une personne ou un bien situés en France.

L'Etat a l'obligation d'agir conformément au principe de précaution des deniers publics.

L'Etat garantit la souveraineté alimentaire du pays et respecte la souveraineté des peuples sur leurs ressources naturelles.

L'Etat a l'obligation positive de garantir et de veiller à l'effectivité du droit à un logement décent, du droit fondamental de tout être humain de posséder le meilleur état de santé qu’il est capable d’atteindre, du droit d'accéder et de bénéficier d'une instruction de qualité, du droit à un travail et un revenu décents, du droit à une protection sociale efficace.

Les partis politiques ont l'obligation de veiller au respect des droits fondamentaux et des libertés publiques. Ils ont la personnalité juridique et le droit d'ester en justice pour les défendre. Ils sont dispensés de ministère d'avocat.

Les partis politiques ont l'obligation de s'informer et vérifier près des administrations compétentes la réalité des éléments qu'ils énoncent publiquement. Le personnel politique a une obligation d'authenticité. Les promesses électorales l'engagent. La propagande et les programmes mensongers entraînent la dissolution du parti.

Les organisations professionnelles et les associations veillent aux droits fondamentaux et aux libertés publiques qu'elles se sont données pour but de défendre. Elles ont la personnalité juridique et le droit d'ester en justice. Elles sont dispensées de ministère d'avocat.

La tierce intervention est reconnue aux organisations politiques, syndicales ou associatives. L'actio popularis et l'action de classe sont garanties.

L'organisation institutionnelle de la République française repose sur l'équilbre et la séparation stricte des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

Le pouvoir exécutif exécute et veille au respect de la loi ; le pouvoir législatif vote la loi ; le pouvoir judiciaire sanctionne la violation de la loi.

Chaque pouvoir est composé d'une Assemblée élue et d'un organe représentatif.

Chaque chambre vote son budget de fonctionnement et désigne les membres de son organe représentatif.

Chaque chambre est renouvelée par tiers tous les trois ans.

Les élus bénéficient d'une immunité le temps de leur mandat qui suspend la prescription. Ils relèvent tous de la justice ordinaire. "

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine