Billet de blog 1 déc. 2021

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Troisième lecture nécessaire pour la réforme de l’isolement - contention

Le Sénat réuni en séance publique cette après-midi vient de rejeter le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2022 sur une question préalable proposée par la Rapporteure générale de ce texte, Mme Elisabeth Doineau (Union centriste)

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué

Paris, le 25 novembre 2021.

Ce rejet de l’ensemble du projet de loi inclut l’article 28 qui porte la réforme de l’isolement et de la contention en psychiatrie en introduisant un contrôle judiciaire systématique des décisions de maintien de ces mesures, au-delà de 48 h pour la contention, et de 72 h pour l’isolement.

La question préalable a été votée par 272 voix pour, et 66 voix contre (un des groupes centriste et le groupe CRC – communiste et apparentés).

La majorité sénatoriale ainsi que des groupes politiquement de gauche, ont estimé que le texte Gouvernemental adopté en nouvelle et 2e lecture lundi 22 novembre par l’Assemblée nationale, ayant supprimé nombre de dispositions modifiées ou supprimées en 1re lecture par la Haute Assemblée, celle-ci se devait de sanctionner une telle obstruction du Gouvernement et de sa majorité en soulevant une exception de procédure contre l’ensemble du projet de loi.

C’est la différence de texte entre les deux assemblées trop importante ainsi qu’un certain mépris du Gouvernement et de sa majorité à l’Assemblée nationale, à l’endroit du Sénat qui a motivé l’adoption à une ample majorité de la question préalable. Celle-ci étant une modalité de procédure pour des parlementaires qui entendent protester contre une politique du Gouvernement (M. Bernard Jommier, groupe socialiste).

Une 3e lecture devant l’Assemblée nationale est programmée pour lundi 29 novembre prochain, l’Assemblée nationale ayant le dernier mot. Devrait suivre une saisine parlementaire du Conseil constitutionnel à l’initiative des sénateurs Les Républicains.

L’article 44 du règlement intérieur du Sénat (cliquer sur ce lien) stipule :

« 3. – La question préalable, dont l’objet est de faire décider soit que le Sénat s’oppose à l’ensemble du texte, soit qu’il n’y a pas lieu de poursuivre la délibération (…) ne peut être posée (…) [qu’] avant la discussion des articles (…) Son adoption entraîne le rejet du texte auquel elle s’applique. ».

Ainsi la protestation continue contre le fait que le Gouvernement n’entend faire adopter par le Parlement de dispositions favorables aux droits fondamentaux des personnes psychiatrisées sans consentement isolées et mises sous contention, que sous la contrainte de décisions du Conseil constitutionnel, et sans engager de texte spécifique sur la psychiatrie. Cela alors même que cette discipline connaît actuellement une crise sans précédent.


Dernières nouvelles

Mercredi 1er décembre 2021.

L’Assemblée nationale lundi 29 novembre a rétabli le projet de loi de financement de la sécurité sociale 2022 tel qu’adopté en nouvelle lecture le 22 novembre avant qu’il soit supprimé par le Sénat le 25 passé.

Le Conseil constitutionnel indiquait hier qu’il a été saisi par plus de 60 sénateurs à fin d’examen de constitutionnalité sur ce texte.

L’article 28 du projet de loi sera-t-il censuré en tant que cavalier social ? On connaîtra la décision du Conseil constitutionnel d’ici deux semaines.

-----------------------------

Sur ce même sujet, lire communiqué du 19 novembre, cliquer sur ce lien.

Dossier sur notre site sur l’encadrement législatif de l’isolement et de la contention, cliquer sur ce lien

Pour retrouver cet article sur le site du CRPA, cliquer sur ce lien

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Réf. n° : W751208044
Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris.
Pour nous contacter, cliquer sur ce lien


Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Dans les Cévennes, les femmes promises à la misère obstétricale
Le 20 décembre, la maternité de Ganges suspendra son activité jusqu’à nouvel ordre, faute de médecins en nombre suffisant. Une centaine de femmes enceintes, dont certaines résident à plus de deux heures de la prochaine maternité, se retrouvent sur le carreau.
par Prisca Borrel
Journal
Affaire Sarkozy-Bismuth : les enjeux d’un second procès à hauts risques
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert seront rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes