Billet de blog 2 juin 2019

Les données sur les psychiatrisés sous contrainte croisées avec le fichier terrorisme

Notre association va se pourvoir devant le Conseil d'Etat en annulation du décret du 6 mai 2019 qui autorise ce croisement de données en ce que d'une part ce croisement de données n'est pas tolérable, d'autre part en ce que l'angle d'application de ce décret est beaucoup trop large.

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué.                                                                              

Les données sur les psychiatrisés sous contrainte croisées par décret avec le fichier terrorisme. 

Le journal officiel du 7 mai 2019 publie un décret du 6 mai 2019 qui modifie le décret du 23 mai 2018 Hopsywew, et qui autorise le croisement de données informatiques relatives aux personnes admises en hospitalisations psychiatriques sans consentement, avec celui des personnes fichées au titre de la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (les fichés S) ...

Notre association va se pourvoir devant le Conseil d'Etat en annulation de ce décret, dans la logique de notre pourvoi contre le décret du 23 mai 2018, en ce que d'une part ce croisement de données n'est pas tolérable, d'autre part en ce que l'angle d'application du décret du 6 mai est beaucoup trop large. En effet, une personne qui a eu, ou connaît, de simples accès délirants liés à telle problématique personnelle et/ou d'intégration, comme il y en a tant, est sous le soupçon d'une radicalisation à caractère terroriste. Ce parallèle et ce croisement de données systématique ne sont pas admissibles.

La mise en relation ici décrétée concerne bien l'ensemble des personnes admises en mesures de soins psychiatriques sans consentement sans distinction de type de mesure.

Comment les simples usagers de la psychiatrie, vont-ils pouvoir continuer à faire confiance dans la psychiatrie publique ?

Comment des soignants soucieux d'éthique vont-ils s'y prendre pour continuer à exercer leur métier avec de pareils textes à appliquer qui vont contre toute alliance thérapeutique ?

Comment des familles soucieuses de faire prendre en charge leur parent vont-elle s'y prendre pour continuer à tolérer un tel système dont les dérapages sont devenus systématiques, au point que l'UNAFAM (union nationale des familles de malades et de personnes handicapées psychiques) va être requérante devant le Conseil d'Etat contre ce décret, et est intervenante volontaire au soutien du recours en annulation du décret du 23 mai 2018 (Hopsyweb) du SPH (syndicat des psychiatres hospitaliers) ?

Comment des directeurs d'établissements psychiatriques pourront continuer à gérer leur établissement qui est d'ores et déjà amalgamé avec un centre de rétention de sûreté ? D'ailleurs la direction de la MGEN (mutuelle générale de l'éducation nationale) a annoncé son intention de se pourvoir contre ce décret devant le Conseil d'Etat.

Telles sont les questions qui sont désormais posées et que le Conseil d'Etat aura à envisager et à trancher.

On observera enfin que les décrets du 23 mai 2018 et du 6 mai 2019 s'inscrivent dans cet état d'urgence permanent que nous connaissons depuis la fin officielle de l'Etat d'urgence que nous avons connu de novembre 2015 à novembre 2017.

On notera aussi que le Gouvernement s'autorise à "légiférer" par décrets sur un sujet concernant les libertés publiques, en coupant court à toute concertation mais aussi à un  débat législatif sur un tel sujet pourtant sensible. La constitution d'un "casier psychiatrique" avec un croisement avec le fichier des personnes radicalisées en vue d'actions terroristes aurait nécessité un débat parlementaire dans le cadre d'un projet de loi avec une étude d'impact ... Rien de tel. Le Gouvernement décrète ... Point.

Tout cela n'est pas admissible et rend nécessaire une mobilisation aussi large que possible des acteurs du terrain psychiatrique.

Pour lire notre dossier sur notre site internet, cliquer sur ce lien

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie [1]

Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Ref. n° : W751208044

Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris | Site internet : http://crpa.asso.fr  

Pour nous contacter cliquer sur ce lien

-----------------------

[1] Le CRPA est agréé pour représenter les usagers du système de santé en Île-de-France, par arrêté n°16-1096 de l’Agence régionale de santé d’Île-de-France du 6 septembre 2016. Le CRPA est également partenaire de l’Ordre des avocats du Barreau de Versailles (Yvelines) sur la question de l’hospitalisation psychiatrique sans consentement, et est adhérent au Réseau européen des usagers et survivants de la psychiatrie (ENUSP – REUSP).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants.
par Caroline Boudet
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour prendre une photo de famille, tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire de la politique française », contrairement à ce que pensent ses participants.
par Ellen Salvi
Journal — France
La FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c