Billet de blog 3 mai 2021

Boycott d'une audience du Conseil constitutionnel pour cause de ségrégation

Dans le cadre d'une deuxième question prioritaire de constitutionnalité portant sur l'isolement et la contention en psychiatrie, audiencée le mardi 25 mai 2021, le CRPA étant intervenant dans cette instance, avis de boycott pour cause de ségrégation sur le handicap (une ségrégation qui empêche de vivre, dont les conséquences peuvent être mortelles).

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur le Greffier du Conseil constitutionnel,

En vue de l'audience du 25 mai 2021 du Conseil constitutionnel relative à la QPC n°2021-912 portant sur l'article 84 de la loi de finances de la sécurité sociale 2021 réformant l'isolement et la contention en psychiatrie je me permets de vous faire savoir que bien que représentant légal d'une partie intervenante dans cette affaire, et n'habitant pas loin en métro du Conseil constitutionnel, je ne serai pas présent à la prochaine audience concernant cette QPC relative à l'isolement et à la contention en psychiatrie, par protestation contre la ségrégation que je subis.

Je n'ai pu m'intégrer en métropole où je vis depuis mon enfance guère que par le biais de réseaux contestataires. J'ai été rejeté par les miens (des fascistes juifs archaïques) durant mon enfance, et j'ai été cassé physiquement et psychiquement dès le système scolaire alors que j'étais d'âge scolaire.

J'ai développé un handicap en cours de croissance sans bénéficier d'aucune compensation et en étant a fortiori frappé de mépris au sein même de ma famille (ma mère me traitait de monstre ... par exemple et entre autres) ainsi que dans les établissements où j'ai été scolarisé.

J'ai été rejeté adolescent vers la marginalité, l'extrémisme, la délinquance et la folie avec une interdiction de fait d'en sortir.

J'ai dû mener une lutte sur quatre décennies à partir des marges de la société, via les circuits contestataires.

Quoique je fasse, quoique je produise, je suis frappé d'opprobre, de honte, de diagnostics psychiatriques en plus que ma main d'oeuvre est utilisée avec un mépris sans frein comme ne valant rien.

J'ai livré une réhabilitation en marge de la société sans que cette réhabilitation ait été officialisée, du fait de l'arriération du système psychiatrique français.

La lutte juridique à laquelle je participe depuis 31 ans désormais est actuellement récupérée par des coalitions de professionnels qui pour la plupart d'entre eux m'ont fait comprendre, nous ont fait comprendre, que nous sommes des espèces de déficients et que nous devions évacuer le terrain sauf à y être présents en tant que fous cliniques, monstres sociaux à exhiber en tribunes, purs et simples objets de savoir à partir desquels on étaye telle démonstration ou telle thèse dans un amphithéâtre d'une université ou d'un hôpital psychiatrique.

Les efforts et l'expertise que j'ai développés toutes ces décennies ont été aussi souvent que possible considérés comme une preuve et une production de ma pathologie mentale.

Ayant été considéré dès l'enfance comme étant de trop sur terre, en tant qu'apatride de fait, dans le contexte d'une famille de Thénardier irresponsables, et d'un système scolaire servant d'abord et avant tout pour casser les enfants en guise d'éducation, ayant dû constater depuis toutes ces décennies que toute ma vie était structurée sur ce même moule, sauf luttes éperdues, je me permets d'utiliser le présent mode de protestation.

Mes respectueuses salutations.

André Bitton, président du CRPA, ancien président du Groupe information asiles (GIA).

Pour retrouver cet article sur le site du CRPA, cliquer sur ce lien

Pour lire un commentaire sur cette affaire sur Dalloz actualité du 16 avril 2021, cliquer sur ce lien

Arrêt de renvoi de la Cour de cassation, cliquer ici

------------------------

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie [i]

Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Ref. n° : W751208044

14, rue des Tapisseries, 75017, Paris. Site internet : http://crpa.asso.fr

Pour nous contacter, cliquer sur ce lien  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Algériens sans papiers : la France ne peut plus les expulser mais continue de les enfermer
Dans un courriel confidentiel, le ministère de l’intérieur reconnaît l’impossibilité, à la suite des tensions diplomatiques entre Paris et Alger, d’éloigner les Algériennes et les Algériens sans papiers. Et pourtant : leur enfermement en centres de rétention se poursuit. Une situation « absurde » dénoncent associations et avocats.  
par Yasmine Sellami et Rémi Yang
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal
Le parti républicain poursuit son offensive contre le système électoral
Un an après l’investiture de Joe Biden, le 20 janvier 2021, ses adversaires cherchent à faire pencher les prochaines élections en leur faveur en modifiant, avec une ingéniosité machiavélique, les rouages des scrutins. En ligne de mire, le vote de mi-mandat de novembre, grâce auquel une grande partie du Congrès sera renouvelée.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon