Les Nouveaux cahiers pour la folie sont ici!

C'est un numéro de 58 pages où se croisent paroles de psychiatres, d'infirmiers, de patients ou d'ex-patients, d'artistes ou de quidam... Paroles en forme de textes, dessins ou photos. Ci-dessous, vous pouvez le feuilleter, le télécharger, l'imprimer, le diffuser.

C'est un numéro de 58 pages où se croisent paroles de psychiatres, d'infirmiers, de patients ou d'ex-patients, d'artistes ou de quidam... Paroles en forme de textes, dessins ou photos. Ci-dessous, vous pouvez le feuilleter, le télécharger, l'imprimer, le diffuser. 58 pages telles «une poussière d'événement» pour faire entendre un autre discours sur la maladie mentale. «Nous avons besoin des Cahiers parce que les voix de la folie ne se laissent pas écraser par la politique gestionnaire/sécuritaire qui prétend les réduire en protocoles et nomenclatures, écrit l'éditorial à deux voix. Nous en avons besoin parce que les voix de la folie résistent en leur singulier tissage, poétique et politique, utopique et réaliste, qui veille secrètement sur le destin de nos cultures...»

Avec le module ci-dessus, vous pouvez feuilleter le document (avec les flèches en bas au milieu <1/58>), l'afficher en plein écran (fullscreen), l'imprimer (print), le télécharger (download), le diffuser (share).

 

L'idée des Nouveaux Cahiers de la Folie est née en janvier dernier à Montreuil, lors du dernier meeting de La nuit sécuritaire, ce collectif de professionnels de la psychiatrie qui, après le discours de Nicolas Sarkozy du 2 décembre 2008 ne proposant que des mesures d'enfermement en guise de soins, lança "l'appel des 39” afin que cesse l'amalgame fait entre la folie et la dangerosité sociale, qui «en assimilant d'une façon calculée la maladie mentale à la délinquance, justifie un plan de mesures sécuritaires inacceptables».

Depuis, les textes –témoignages ou réflexions–, les dessins et les photos, les mails ont afflué de toute la France. Certains sont graves, d'autres plein d'humour ou de poésie. En mars dernier, autour de Mathieu Bellahsen, Patricia Janody, Antonella Santacroce, Fred Pelayo, Anne Lise Caprile, Francis Bérezné, Sylviane Achard (pour le graphisme), Pierre Sadoul (pour les illustrations), et moi-même, ces Nouveaux Cahiers ont pris forme. Tout ceci étant fait dans l'enthousiasme mais sans un rond, ils ne sont disponibles qu'en PDF.

A ceux qui connaissent un peu l'histoire de la psychiatrie, ils y trouveront un parfum des années 70. A cette époque naquirent les Cahiers de la folie dans la belle euphorie du mouvement d'ouverture des institutions psychiatriques, alors que les hôpitaux étaient invités à installer dans les villes tout un maillage de lieux satellites pour suivre leurs patients au plus près de leur environnement. Les Cahiers entendaient alors témoigner de la dimension culturelle de la folie.

Quarante ans plus tard, l'ambiance n'est plus la même: les rares lieux que l'on ouvre en grandes pompes sont destinés à enfermer des malades dangereux; dans les services, l'usage de camisoles et instruments de contention se banalisent; et la loi sur l'hospitalisation sous contrainte va être modifiée instaurant les soins ambulatoires sous contrainte. D'où le thème de ce premier numéro: l'enfermement.

Le suivant sera consacré aux soins et aux médicaments. Pour envoyer vos témoignages, réflexions, dessins, photos: cahiersfolie@yahoo.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.