Billet de blog 10 août 2012

«Les voix de ma sœur», la leçon de vie d'une schizophrène

Le festival Jazz in Marciac s'achève la semaine prochaine. On laissera les érudits signaler les confirmations et révélations musicales (on peut d'ailleurs revoir quelques concerts sur le site d'Arte) pour s'arrêter sur d'autres voix. Et plus précisément sur un documentaire Les voix de ma sœur, diffusé en salle le 1er août à Marciac, dans le cadre du festival.

Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart

Le festival Jazz in Marciac s'achève la semaine prochaine. On laissera les érudits signaler les confirmations et révélations musicales (on peut d'ailleurs revoir quelques concerts sur le site d'Arte) pour s'arrêter sur d'autres voix. Et plus précisément sur un documentaire Les voix de ma sœur, diffusé en salle le 1er août à Marciac, dans le cadre du festival.

Irène Philippin © Cécile Philippin

Cette programmation est à l'initiative du Collectif des 39 contre la nuit sécuritaire (mouvement rassemblant depuis 2008 des professionnels de la psychiatrie, des usagers et leurs familles luttant pour «plus d'humanité» dans la psychiatrie), collectif lui-même accueilli depuis trois ans à Marciac par la Ligue de l'enseignement du Gers.

Les voix de ma sœur pourrait se résumer à un documentaire sur la schizophrénie. Cécile Philippin, la réalisatrice, filme sa sœur Irène, 41 ans, mais aussi ses deux autres sœurs, leur mère et une voisine d'Irène (plus quelques professionnels de la psychiatrie), toutes parlant de la maladie d'Irène et des liens qui se tissent autour.
Mais parce que ces 50 mn ne sont pas seulement signées Cécile Philippin et qu'il est d'emblée précisé «avec la collaboration d'Irène Philippin», la démarche est toute autre. Irène parle de sa pathologie ; raconte ses voix («il y a les voix extérieures et les voix intérieures» dont les injonctions ne sont pas du même registre) ; donne à sentir le moment où elles viennent à la rescousse d'un être excessivement vulnérable qui en sera ensuite un temps prisonnier ; explique l'effet des médicaments ; se souvient des années de stabilité où elle pu apprendre avec un immense plaisir la musique, où elle a pu travailler, vivre dans son appartement, être en société ; et revient sur sa dernière longue hospitalisation, peu après le décès de son père. L'hôpital, tantôt lieu d'internement sous contrainte, tantôt lieu de refuge volontaire. Irène parle aussi d'une tentative de suicide et de toutes les petites victoires au quotidien sur la maladie.

Irène parle, Irène choisit de dire. Et on l'écoute.

© Sur le Palier


 
Les voix de ma sœur entendait au départ «déstigmatiser les personnes souffrant de troubles psychiques». Au final, c'est bien plus que cela. Car Irène n'est pas un cas sur lequel on se pencherait comme des mandarins hospitaliers. Sans doute parce que Cécile Philippin a produit seule ce film, a pris le temps de le faire au rythme et dans la forme qui convenait à sa sœur (dont au début n'apparaissent que les pieds et les mains avant qu'elle accepte de parler face caméra), a associé Irène au montage, ce film (premier Prix du Festival international du film de santé de Liège et Clé d'argent du Festival international ciné-vidéo-psy de Lorquin) est davantage un journal intime qu'un documentaire.

Et ce journal à quatre mains permet à chacun d'apprivoiser la maladie d'Irène.

Parce qu'on écoute Irène, elle parle. Et les autres parlent à leur tour. La mère se souvient de «l'épouvante des premières crises», les sœurs de leur grande difficulté à accepter la réalité de la maladie. « Dans les familles, quand un proche perd la raison, c’est un peu toute la famille qui part en vrille, raconte en voix off Cécile Philippin. D’abord on se sent coupable, c’est une constante bizarre...»
Irène le sait, et Irène est là, dans toute sa douceur, pour s'enquérir de l'angoisse qu'elle pourrait provoquer chez ses sœurs. Irène et son rire franc, quand elle tente d'expliquer à sa voisine les raisons d'un comportement bizarre. Irène et ses sourires quand elle reprend confiance auprès du personnel médical dont elle apprécie toute «la bonne volonté».

Irène Philippin à l'hôpital © Cecile Philippin

Irène Philippin ne peut pas affronter les salles obscures emplies d'anonymes. Elle a donc confié à sa sœur Cécile, une lettre à lire à l'issue des projections: «tout le film repose sur la parole, écrit Irène. La parole permet d’exister, elle brise les tabous, les craintes, elle déstigmatise, elle crée des liens, c’est grâce à elle que les choses peuvent progresser. Mais cette parole doit circuler à l’intérieur d’une alliance solide entre famille, soignants et malade ! L’alliance, c’est le cheval de bataille du film.
Je sais aussi qu’il est très important que vous puissiez vous retrouver entre vous, familles d’un côté, soignants de l’autre, pour réfléchir et vous entraider. Mais s’il vous plait ! Ne mettez pas vos proches malades à l’écart. Ne vous découragez pas, faites en sorte qu’ils ne soient pas toujours un « problème », mais plutôt une personne, qui a besoin du soutien de ce que j’appellerais ses « partenaires » à savoir vous, la famille et les soignants. Le malade, il faut le responsabiliser, l’aider à se dire, à se mettre en parole pour ne pas être celui à qui l’on ne demande rien et que finalement sans le savoir, l’on rejette…» Que dire d'autre ?

  • Pour connaitre les projections du film, les débats organisés ou commander un DVD, rendez vous sur le site.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot