LE RAPPORT LAFORCADE ET LA PSYCHIATRIE FRANCAISE

 

            LE RAPPORT LAFORCADE ET LA PSYCHIATRIE FRANCAISE

 

Le rapport Laforcade ‘relatif à la santé mentale’ est mal reçu par beaucoup dès sa parution en septembre 2016, …, non sans raison, très important pour d’autres … qui n’ont pas facilement accès à la parole, tout ceci interroge, enfin évoqué par un ‘nouveau-né’ de taille apparu dans le même horizon, le CNSM (Conseil National de la Santé Mentale), le 10 octobre.

Ce rapport est devenu incontournable aujourd’hui pour toute personne s’intéressant de près ou de loin aux troubles psychiques et à la psychiatrie qui les reçoit, puisqu’il ‘devrait’ refléter la position de l’Etat en matière de réponse à la folie excessive. Tous ces acteurs sont réunis pour l’intérêt qu’ils portent à l’avenir de la psychiatrie, objet apparent de ce rapport.

 

Alors relevons le défi, et … plongeons !

Notre surprise ! Nous avons l’impression, sortant de l’eau, d’avoir vécu un ‘film à suspense’ ?

Je vous propose de vous en présenter certains aspects, avec le modeste commentaire d’un simple psychiatre des Hôpitaux de la fin du siècle passé témoin de base de la naissance de cette Psychiatrie nouvelle installée au lendemain de la guerre, et que ce rapport semble vouloir modifier.

Cette présentation, suspense oblige, se fera en quatre épisodes, paraissant une fois par semaine dans ‘les contes de la folie ordinaire’, le premier, le 11 novembre 2016, suivi d’un court PS précisant les références utiles pour ceux qui veulent des éclairages complémentaires à ces quatre épisodes.

guy Baillon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.