Billet de blog 18 avr. 2010

Guillaume Mazeau
Abonné·e de Mediapart

Onfray, l’histoire et l’extrême droite

Dans la polémique entre Elisabeth Roudinesco et Michel Onfray, Guillaume Mazeau, maître de conférences à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne nous a fait parvenir ce texte.«Avant même sa parution, le dernier brûlot écrit par Michel Onfray contre Freud (Le crépuscule d'une idole, Grasset), fait déjà l'objet d'un violent débat.

Guillaume Mazeau
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans la polémique entre Elisabeth Roudinesco et Michel Onfray, Guillaume Mazeau, maître de conférences à l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne nous a fait parvenir ce texte.

«Avant même sa parution, le dernier brûlot écrit par Michel Onfray contre Freud (Le crépuscule d'une idole, Grasset), fait déjà l'objet d'un violent débat. Beaucoup de bruit pour rien? L'historienne de la psychanalyse Elisabeth Roudinesco n'exagère-t-elle pas en décrivant Onfray comme un usurpateur qui réhabilite les thèses de l'extrême droite? Bien au contraire.
Les dérives de l'intellectuel médiatique ne sont pas nouvelles et méritent d'être portées à la connaissance du public. En 2009, Michel Onfray a publié une apologie de Charlotte Corday (La religion du poignard. Eloge de Charlotte Corday, Galilée). Sortie dans une relative indifférence mais plutôt bien accueillie par les médias, cette histoire est pourtant historiquement médiocre et politiquement scandaleuse. Dans ce brûlot truffé d'erreurs énormes, Onfray veut montrer que Charlotte Corday peut aujourd'hui inspirer ceux qui lassés d'une gauche impuissante et rongée par les luttes fratricides, restent fidèles à l'action et à la vertu. Marat, censé personnifier cette gauche dévoyée, est stigmatisé comme un charlatan, un fou et un dictateur... clichés colportés par l'extrême droite depuis deux siècles. En les reprenant, Onfray ignore superbement les dizaines de travaux scientifiques publiés depuis une quarantaine d'années et qui ont contredit cette image. Presque à chaque page, le lecteur se voit infliger les citations les plus haineuses, inventées de toutes pièces. Ainsi, Marat n'a évidemment jamais dit «je voudrais que tout le genre humain fût dans une bombe à laquelle je mettrai le feu pour la faire sauter» (p. 27)... Non, les élites politiques de la Révolution n'étaient pas toutes corrompues. Non, les sans-culottes ne peuvent pas être décrits comme des cannibales ni comme des sauvages. Comment Onfray peut-il réduire la Terreur à une immense giclée de sang due à des meurtriers en série comme Marat ou Sade (chap. 9)? Surtout, jamais Charlotte Corday n'a été athée ni libertaire, mais une noble défendant une conception conservatrice des rapports sociaux et de la religion! Michel Onfray se rend-il compte que la quasi-totalité de ce qu'il dit provient de Mémoires ou d'écrits apocryphes pour la plupart publiés au 19e siècle par l'historiographie catholique et royaliste?
Mais est-ce un hasard? La Charlotte Corday qu'Onfray cherche à ériger en modèle n'a jamais existé... sauf sous la plume des déclinistes proches de la droite fascisante qui comme Onfray aujourd'hui, suggéraient qu'il était possible de sortir de la crise des années 1930 à coups d'antiparlementarisme et d'appels à la violence. Lorsqu'elles sont commises par un des auteurs les plus médiatiques et les plus aimés du grand public, ces révisions de l'histoire et ces dérives idéologiques sont susceptibles d'être dangereuses. Elles doivent donc être dénoncées avec la plus grande fermeté.»

Guillaume Mazeau, maître de conférences à l'Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne,

Institut d'Histoire de la Révolution française et membre du CVUH.

Auteur du Bain de l'Histoire. Charlotte Corday et l'attentat contre Marat (1793-2009), Seyssel, CHazmp Vallon, 2009.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Habitat
Faute de logement, des mères restent à l’hôpital avec leurs enfants
À l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, sept femmes sont accueillies sans raison médicale. En cause : la  saturation de l’hébergement d’urgence. Maïrame, mère d’un bébé de cinq mois, témoigne. 
par Faïza Zerouala
Journal — Travail
Grève chez Sanofi : « Ponctionner les actionnaires pour augmenter les salaires »
Démarré le 14 novembre, le conflit social chez le géant français du médicament touche désormais une quinzaine de sites. Reportage à Montpellier, où les « petits salaires » de l’entreprise sont mobilisés pour une hausse des rémunérations.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop