Billet de blog 19 avr. 2018

La HAS publie une aide à la rédaction des certificats médicaux psychiatriques

Les institutions psychiatriques ont une conception prévalente des droits des patients qui subissent des mesures de soins psychiatriques sans consentement selon laquelle les patients et leurs droits sont des adversaires à combattre au nom de l'efficacité des soins. Cette conception doit être combattue.

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué.

Source (site internet de la HAS) : cliquer sur ce lien

Cette fiche mémo de la HAS (haute autorité de santé), comme on peut le dénoter en lisant le rapport d'élaboration, est destinée à éviter un maximum de décisions de mainlevées judiciaires d'hospitalisations psychiatriques sans consentement basées sur des défauts de rédaction des certificats et avis médicaux, ces défauts formant des nullités provoquant des décisions de mainlevées. Cette fiche n'a malheureusement pas comme objet central de provoquer que les droits fondamentaux des personnes hospitalisées sous contrainte soient mieux respectés par les établissements et les administrations. Il s'agit juste de limiter les décisions de justice en faveur des personnes internées, sachant que toute mainlevée d'une mesure de soins sans consentement sur vice de forme peut trouver son correspondant au plan indemnitaire.

Ainsi en 2017, 6 700 décisions de mainlevées ont été accordées par les JLD ou par les cours d'appel dans le contrôle judiciaire des mesures d'hospitalisations psychiatriques sans consentement (environ 79 000 mesures ont été contrôlées sur cet exercice), formant ainsi un record, puisque les années précédentes ce nombre de mainlevées était aux alentours de 6 500 mainlevées.

Cette conception du droit et des patients comme étant in fine des ennemis et des adversaires à contrer du soin psychiatrique doit être combattue.

En l'espèce le rapport qui introduit cette fiche mémo établit clairement que le Gouvernement français ne s'est pas aligné de gré sur les principes qui prévalent dans le droit européen en matière d'internement psychiatrique mais bel et bien sous la contrainte des jurisprudences des hautes cours actionnées dans nos différents dossiers, ce qui en soi est parfaitement scandaleux. Cela prouve le caractère féodal et paternaliste du système psychiatrique français.

Nous appelons les professionnels du terrain à se mobiliser pour contrer cette orientation et pour humaniser les prises en charge par des luttes concrètes in situ sur le terrain.

Pour retrouver cet article sur le site internet du CRPA, cliquer sur ce lien

Pour le CRPA (cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie).

14, rue des Tapisseries, 75017, Paris.

Pour nous contacter, cliquer sur ce lien

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua