Question écrite au Gouvernement sur le droit à l'oubli en matière psychiatrique

Les personnes ayant des antécédents d'hospitalisations psychiatriques sont fréquemment ré-internées sous contrainte au seul vu du fait qu'elles ont de tels antécédents. Ce qui pose problème. D'où l'intérêt de cette question écrite.

Mail de Me Jean-Marc Panfili, avocat, au CRPA.

OBJET : question écrite - soins psychiatriques - droit à l'oubli.

28 novembre 2018.

Cher Monsieur,

PDF - 113.7 ko(2018-11-28, question écrite). 

Vous voudrez bien trouver ci-joint une question écrite au Gouvernement relative au droit à l'oubli. C'est Mme la député Valérie Rabault de mon département (Présidente du groupe parlementaire socialiste) qui la pose.

Elle porte sur les voies de recours permettant de faire effacer une décision de soins psychiatriques sans consentement.

En effet, l’unification du contentieux devant le juge judiciaire n’a pas résolu toutes les difficultés pour les patients concernés, notamment au regard du droit à l’oubli des antécédents psychiatriques.

Certains anciens patients se trouvent désemparés, faute de procédure clairement établie.

Bien cordialement.

Jean-Marc PANFILI. Avocat au barreau de Tarn-et-Garonne. Docteur en droit.

Montauban.

-----

Pour lire l'arrêt de la Cour de cassation du 25 janvier 2018 dont il est ici question, cliquer sur ce lien

Pour retrouver cet article sur le site internet du CRPA, cliquer sur ce lien

Pour nous contacter, cliquer sur ce lien

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.