Billet de blog 22 avr. 2017

Handicap psychique et élections présidentielles 2017

Pour qui peuvent voter des personnes qui sont ou ont été psychiatrisées (soit environ 10 millions de personnes) sachant que les handicapés en général ont été parmi les grands oubliés de cette campagne électorale, et que la question psychiatrique fait partie des tabous de notre société ?

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je signale à tous qu'à ma connaissance le seul candidat aux élections présidentielles, dont le premier tour a lieu demain, qui ait clairement parlé de la question du handicap psychique et qui ait identifié les pathologies mentales comme les pathologies du 21ème siècle, au cours de cette campagne, a été Benoît Hamon. Cela à travers la problématique du burn out.

Les handicapés en général ont été parmi les grands oubliés de cette campagne électorale (quid par exemple de l'accessibilité du métro parisien pour les handicapés en chaise roulante ?). Quoique tout de même aujourd'hui aux informations du 20 heures de TF1 il a été évoqué que le tueur de la soirée du 20 avril passé qui sur les Champs-Elysées a assassiné un policier en faction et qui lui-même a été tué, présentait un profil tant pénal que psychiatrique. Enfin il fallait sauver les meubles et parler des malades mentaux dangereux ... sic !

Celles et ceux qui sont concernés par eux-mêmes par la psychiatrie et par l'exclusion sociale liée, n'ont pas spécialement pour qui voter demain, mis à part pour Benoît Hamon. Nous devons nous considérer comme à l'ordinaire en tant qu'exclus du champ social et politique.

Raison de plus pour que nous nous fassions entendre. Je recommande pour ma part l'usage du droit, des prétoires, des codes, des arguments et de la rhétorique liée, puisque c'est pour nous un des seuls moyens de nous faire entendre. Nous l'avons prouvé ces dernières années à travers les actions contentieuses du CRPA et antérieurement celles du Groupe information asiles (GIA).

Une précision : les réponses envoyées par Philippe Poutou et le représentant de la France insoumise ces derniers jours à une interpellation produite par l'Union syndicale de la psychiatrie (USP) (cliquer sur ce lien), sur la crise actuelle de ce secteur santé et des prises en charge liées, sont bel et bien des réponses faites à un syndicat de psychiatres. Un tel syndicat se doit de défendre et de représenter in fine des intérêts bien compris de professionnels de la psychiatrie. Or, ce n'est pas à des professionnels de la psychiatrie de parler en lieu et place des personnes psychiatrisées. Les patients en général, tous secteurs santé confondus, ont en effet acquis par des textes législatifs et réglementaires le droit à une prise de parole publique et audible. 

Pour retrouver cet article sur le site internet du CRPA : http://psychiatrie.crpa.asso.fr/640

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre