Billet de blog 23 mai 2016

Refusons de participer à la Mad Pride du 11 juin 2016

Nous déplorons que les organisateurs de cette mascarade parisienne, aient mis un étouffoir sur les protestations et les revendications des personnes aux prises avec les institutions psychiatriques, en ne gardant de tout cela qu’une vague revendication pour une dignité des personnes atteintes de pathologie mentale.

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une marche folklorique de la fierté de la folie est organisée le samedi 11 juin prochain à Paris, sous l’intitulé Mad Pride 2016, à l’instar des années 2014 et 2015, par diverses organisations d’usagers en santé mentale et de proches.

Nous appelons à refuser de participer à cette manifestation qui est tout sauf revendicative.  Nous déplorons que les organisateurs de cette mascarade parisienne, aient mis un étouffoir sur les protestations et les revendications des personnes aux prises avec les institutions psychiatriques, en ne gardant de tout cela qu’une vague revendication pour une dignité des personnes atteintes de pathologie mentale. Même la question du fait que de nombreuses personnes suivies en psychiatrie ne sont pas atteintes de pathologie mentale a été évacuée par les organisateurs de la Mad Pride … Cela entre autres points évacués et passés sous silence par ces mêmes organisateurs de cette marche.

Une initiative similaire a été mise sur pieds à Marseille, sous le nom de Fada Pride, dont le manifeste est plus offensif et plus revendicatif que la charte de la Mad Pride parisienne. Nous aurions pu soutenir le principe du manifeste de la Fada Pride si notre organisation avait été localisée en région Provence – Alpes – Côtes d’Azur, mais tel n’est pas le cas. La Mad Pride parisienne est dans les mains de professionnels intervenant en santé mentale et de carriéristes de la représentation institutionnelle des patients qui manipulent tout cela, neutralisent les protestations, marginalisent celles et ceux qui ont quelque contenu offensif que ce soit, et qui ne sont pas dans une ligne caramel mou allant dans le sens de la soumission aux diagnostics et aux traitements ainsi que dans celui d’une acceptation de la condition indigne qui est faite aux personnes psychiatrisées.

Même nos camarades de l’association d’usagers en psychiatrie Humapsy (fondée en 2011) ont été marginalisés dans le comité d’organisation de ce défilé, au point qu’un de leur dirigeant  représentant cette association d’usagers dans le comité d’organisation de la Mad Pride, a démissionné de ses fonctions de secrétaire de l’association Mad Pride France pour ne pas cautionner tout cela.

Nous rappelons les termes de notre prise de position du 30 mai 2015, à l’occasion de la 2ème Mad pride organisée en France le 13 juin 2015 :

Communiqué du CRPA du 30 mai 2015, concernant la Mad Pride organisée à Paris le 13 juin 2015.

Notre association, qui est une association d'usagers en psychiatrie en lutte contre les abus institutionnels, se refuse depuis le début à participer à de telles manifestations. Il est  hors de question que nous acceptions de nous mettre bien sagement un entonnoir sur la tête et que nous défilions dans les rues avec cette "fierté d'être fous", que nous contestons formellement d'ailleurs. Nous nous battons contre l'abus et l'arbitraire  en psychiatrie ce n'est pas pour nous prêter à de telles mascarades.

Nous appelons d'ailleurs les personnes qui se considèrent atteintes au plan psychique à chercher leurs voies et modalités personnelles pour sortir, dès qu'une consolidation est acquise, du suivi et de la chronicité. Nous ne sommes certainement pas favorables à un enfoncement à durée indéterminée voire à vie, des gens dans les files actives psychiatriques.

Il est par ailleurs hors de question que notre association valide en quoi que ce soit la psychiatrisation de masse à laquelle nous sommes confrontés ces dernières décennies, durant lesquelles des pans entiers de la vie quotidienne des populations sont progressivement passés sous la coupe du pouvoir médico-psychiatrique et des administrations liées. Cette psychiatrisation de masse où l'on médique à tort des centaines de milliers de personnes pour le plus grand profit de firmes pharmaceutiques et de leurs actionnaires, lesquels d'ailleurs se fichent de la santé mentale des populations, de prescripteurs irresponsables, et d'administrations qui entendent que les laissés-pour-compte de nos sociétés soient sous traitements psychiatriques abrutissants...

Notre association refuse donc totalement de participer à cette mascarade que sont les Mad Pride successivement organisées en France depuis juin 2014.

Comme disaient certains en 2011 dans les manifestations contre le projet de loi sécuritaire du Gouvernement d'alors sur le champ des soins psychiatriques sous contrainte : "De l'écoute, pas (que) des gouttes !".

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie [1]

Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Ref. n° : W751208044

14, rue des Tapisseries, 75017, Paris | Site : http://crpa.asso.fr 


Pour retrouver cet article sur le site internet du CRPA : http://psychiatrie.crpa.asso.fr/547 

Emission L'Entonnoir, Radio Libertaire, 8 juin 2016. Une critique de la Mad Pride du 11 juin 2016 : http://psychiatrie.crpa.asso.fr/559

Dossier du site internet du CRPA sur la Mad Pride 2015 : cliquer sur ce lien

[1] Le CRPA est partenaire de l’Ordre des avocats du Barreau de Versailles (Yvelines) sur la question de l’hospitalisation psychiatrique sous contrainte, et adhérent au Réseau européen des usagers et survivants de la psychiatrie (ENUSP – REUSP).

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel
Journal
Dessine-moi un coronavirus
Le coronavirus est-il noir, rouge, vert ou transparent ? Quelle est sa forme ? Sa taille ? Où se tapit-il ? Quelle place prend-il à la maison ou à l’école ? Que peut-on faire pour y échapper ? Les enfants d’un atelier de dessin parisien répondent avec leurs mots et leurs images.
par Berenice Gabriel, Joseph Confavreux et les enfants du centre Paris Anim’ Mercœur
Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Romani Herstory : réinscrire les femmes roms dans l’Histoire
Objets de tous les fantasmes, les femmes roms se voient sans cesse privées du droit à la parole. Les archives Romani Herstory montrent pourtant que beaucoup de ces femmes ont marqué nos sociétés de leur empreinte. (Texte d'Émilie Herbert-Pontonnier.)
par dièses
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois