Billet de blog 24 oct. 2021

La judiciarisation systématique de la contention adoptée par l’Assemblée nationale

Le Gouvernement légifère sur ce sujet parce qu’il y est contraint. Mais lorsqu’il s’agit d’adopter des dispositions sécuritaires renforcées qui désignent les personnes psychiatrisées comme des boucs émissaires de notre société, ce même Gouvernement y va hardiment.

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué

Paris, le 23 octobre 2021.

La judiciarisation systématique de la contention adoptée par l’Assemblée nationale

2021-10-07 Etude d’impact - art. 28 PLFSS 2022.

Le 13 octobre passé l’article 28 du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2022 (PLFSS 2022) cliquer ici pour lire cet article comportant le projet de réforme gouvernemental relatif au contrôle judiciaire systématique de l’isolement et de la contention en psychiatrie avait été adopté en six minutes chrono par la Commission des lois. Cela pouvait faire penser à un épauler-jeter destiné à se débarrasser de ce genre de questions de peu de poids électoral que sont ces affaires de droits fondamentaux des personnes psychiatrisées sous contrainte.

Le débat en séance de l’assemblée nationale relatif à ce même article, du 22 octobre, a tout de même été plus sérieux avec dix-sept minutes de temps de discussion.

Vidéo retransmission du débat à l’assemblée nationale sur l’article 28 du PLFSS 2022.

Sur amendement du rapporteur M. Thomas Mesnier (urgentiste) soutenu par le Gouvernement, l’Assemblée a adopté qu’un parent, ou une personne susceptible d’agir dans l’intérêt du patient, soit prévenu par le psychiatre en cas de décision de maintien au-delà des délais de 48 h pour l’isolement et de 24 h pour la contention, en parallèle où le juge des libertés et de la détention est saisi. Etant précisé que ce juge devra statuer dans les 24 h de sa saisine.

La "personne susceptible d’agir dans l’intérêt" du patient inclut la personne de confiance qui est ainsi dans la boucle de ce système. Ce dispositif vaut surtout si le patient n’a pas de famille ou s’il ne souhaite pas qu’un parent soit informé de sa situation. Le cas de figure des conflits de famille est très fréquent dans les hospitalisations sans consentement.

Les délais de procédure et les carences en personnel tant hospitalier que judiciaire sont tels que ce dispositif ne pourra que dysfonctionner. Sauf meilleures informations cette réforme va se traduire par une gestion informatisée routinière et bureaucratique. D’ailleurs le rapporteur M. Thomas Mesnier, député République en marche, urgentiste de métier, en appelle à un nouveau travail législatif d’ici peu.

La députée France Insoumise Mme Caroline Fiat (aide-soignante) a souligné le fait que si on en est là c’est que la prévention en matière de pathologies mentales est insuffisante. Le dispositif de la sectorisation est sinistré. Par ailleurs les pouvoirs publics conçoivent la psychiatrie essentiellement sous l’angle sécuritaire depuis près de 20 ans.

Il est pour nous évident que c’est tout sauf une solution que d’expédier les consultations de psychiatrie avec de seules ordonnances. On en est là parce que les patients du système psychiatrique ne sont dans l’ensemble même pas considérés comme des hommes et des femmes à part entière.

On observe que le ministre de la Santé, M. Olivier Véran, n’est certainement pas dans une optique de prohibition de la contention en psychiatrie. Le ministre est juste dans celle d’une rationalisation rendue obligatoire par les deux décisions successives du Conseil constitutionnel de 2020 et de 2021 sur questions prioritaires de constitutionnalité. Ces décisions proviennent d’une initiative de Me Raphaël Mayet avocat au Barreau de Versailles, validée par le juge des libertés et de la détention de Versailles M. Yves Gaudin, ainsi que par la 1re chambre civile de la Cour de cassation, et soutenue entre autres intervenants par le CRPA.

Ici encore le Gouvernement légifère parce qu’il y est contraint. Mais lorsqu’il s’agit d’adopter des dispositions sécuritaires renforcées qui désignent les personnes psychiatrisées et trop souvent chronicisées inutilement comme des boucs émissaires de notre société, ce même Gouvernement y va hardiment.

Ainsi du fichier Hopsyweb des personnes admises en hospitalisation psychiatrique sans consentement tous cas de figures confondus, lui-même croisé avec le fichier terrorisme (décrets du 18 mai 2018 et du 9 mai 2019). Ce croisement de fichiers informatiques qui était d’ordre réglementaire a d’ailleurs été élevé au niveau législatif par la récente loi sur la prévention des actes terroristes et sur le renseignement du 30 juillet 2021 (cliquer sur ce lien ).

Ne parlons pas de la réforme en cours de l’irresponsabilité pénale limitée par le Gouvernement aussi bien pour des raisons de fond que de légistique. En effet une réforme qui viserait quasiment à supprimer la clause d’irresponsabilité pénale pour les criminels ou délinquants agissant sous l’emprise d’un délire impliquerait de refondre le droit pénal français. Nous observons d’ailleurs que cette réforme, opérée sous la pression de « l’opinion publique » (comme on dit), s’inscrit dans le début de la campagne électorale présidentielle actuelle dont la tonalité n’est pas spécialement d’un humanisme universaliste transcendantal.

Le vote solennel de l’Assemblée nationale sur ce projet de loi aura lieu le 26 octobre prochain. Il s’ensuivra une navette au Sénat.

Nous sommes partisans pour notre part que le Conseil constitutionnel soit saisi par des parlementaires sur cet article 28 de ce projet de loi de financement de la sécurité sociale, pour protester contre le fait qu’une telle réforme de l’isolement et de la contention soit prise à la va-vite, sans une étude d’impact exhaustive et sans un débat approfondi dans le cadre d’un texte législatif spécifique à la psychiatrie et à la santé mentale.

----------------------

Pour retrouver cet article sur le site du CRPA, cliquer sur ce lien

Dossier sur notre site sur l’isolement et la contention en psychiatrie, cliquer sur ce lien

Décision QPC du Conseil constitutionnel du 4 juin 2021, cliquer sur ce lien

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Réf. n° : W751208044
Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris.
Pour nous contacter, cliquer sur ce lien
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c