Billet de blog 27 nov. 2009

La morsure de la folie

A la veille du grand rassemblement des 39 (le samedi 28 novembre) et leurs amis, un film fort, vrai, dur sur les personnes dites psychotiques et leurs familles nous oblige à continuer avec plus de précision notre travail de résistance à l'oppression pour mieux répondre à ces souffrances, et mieux construire ensuite.

guy Baillon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la veille du grand rassemblement des 39 (le samedi 28 novembre) et leurs amis, un film fort, vrai, dur sur les personnes dites psychotiques et leurs familles nous oblige à continuer avec plus de précision notre travail de résistance à l'oppression pour mieux répondre à ces souffrances, et mieux construire ensuite.
D'abord il faut saluer le courage de ces familles et de ce jeune homme qui souffre Corentin, d'oser ainsi parler si directement et en public de leurs souffrances. Les familles présentes se rassemblent dans leur Association nationale l'UNAFAM.


Ce témoignage irremplaçable dépasse tout ce que les professionnels décrivent, car leur souci est de proposer une approche ‘technique', y manque constamment la dimension humaine. Ici elle crève l'écran. Ainsi le premier constat que fait le téléspectateur est que les ‘psychotiques' sont des personnes comme nous, leur part saine côtoie leur part de délire, ils expriment leur souffrance et leur incapacité à percevoir leur trouble vraiment.
Corentin est époustouflant.
La souffrance des familles reste en grande partie méconnue des psychiatres, ainsi que leur compétence. Nous leur reprochons facilement de ne pas avoir les mêmes attitudes que nous soignants, mais la réalité a été montrée toute crue : les familles sont seules ! Non seulement elles souffrent de cette blessure qu'est le trouble psychique de leur enfant ; cette douleur touche au plus profond, leur narcissisme, leur estime de soi ; mais elles souffrent ensuite en plus de n'avoir aucun appui humain, ni de conseil ; même dans les moments aigus, ici pour la jeune femme, elles trouvent porte close. Dans le même temps si nous sommes attentifs, elles ne sont pas dans la plainte, elles s'exposent avec leurs faiblesses, leur inconstance, leur doute, et pourtant elles osent aussi espérer. Elles sont ‘normales' !


Alors soyons clairs, laissons pour d'autres débats notre demande justifiée à l'Etat de soutenir le personnel et l'organisation du secteur, ce n'est pas le moment, car il y a autre chose à ne pas éviter. Il y a une réalité que les professionnels doivent prendre à bars le corps, avec courage aussi car c'est blessant, nous sommes obligés de constater que notre formation est insuffisante. Au moins, entre autre, nous devons apprendre à travailler constamment avec la famille en leur donnant aussi l'appui dont elles ont besoin, mais surtout n'attendons pas cela de l'extérieur, les professeurs sont focalisés sur les médicaments et le comportement. Le soin majeur est la psychothérapie ; la psychanalyse y apporte toujours la lumière la plus forte. Mais il faut arrêter les querelles d'école et de chapelle, faire un nouveau ‘vrai' congrès de Montpellier en rassemblant tout le monde, et avec toutes les richesses que nous avons amassées de savoirs et d'expériences depuis le début du secteur 1972, décider de simplifier notre organisation (oui, celle des soins, kafkaïenne), et rendre cohérente et suivie la formation des psychiatres. Les psychologues en général vont mieux et les infirmiers ayant été moins déformés et surtout apprenant d'emblée ‘le travail en équipe', ont en main l'outil essentiel.


Cette formation, c'est à nous les professionnels à l'élaborer en interne, ce n'est pas le rôle de l'Etat, à nous à l'organiser, et la distribuer, tout en imposant à l'Etat sa nécessité.
Car après il faudra alors se pencher sur ce qui est présenté dans ce film : la complexité de la psychiatrie, la complexité rare et dramatique des deux premières années du soin psychique pour les psychoses. Il y a des méthodes à inventer ici ; par exemple en s'appuyant sur le travail des équipes de secteur imaginer une équipe sans secteur, et disponible pour la formation des équipes in situ face à ces premiers troubles et venant consolider sur place le travail des équipes de secteur. En finir avec les tentatives d'intersecteurs, ou de spécialistes qui dévalorisent et déplacent les patients comme des êtres ‘incasables' : au contraire ce qu'il faut c'est valoriser ceux qui ont commencé, venir renforcer sur place le travail des équipes. L'un des pièges de ce film est de penser que l'hôpital est le centre du soin. L'essentiel est avant et après une éventuelle hospitalisation, mais cela nécessite des équipes souples, formées, c'est la solidité des liens avec les acteurs du tissu humain du secteur qui est l'appui essentiel du soin. Actuellement comme en 1972 la psychiatrie reste partagée entre deux options opposées : le soin autour de l'hôpital ou le soin dans le tissu de la Cité. On ne peut servir deux maitres à la fois. Trop d'équipes et trop de psychiatres ne savent pas faire un choix et tentent de faire les deux, du coup les moyens seront toujours insuffisants, et la fatigue des soignants sera extrême, et surtout familles et patients sont en miettes !
-Formation approfondie grâce à une convergence des théories, -simplification de notre organisation favorisant une psychiatrie ‘générale' (sans spécialisation), disponible, -choix de la psychiatrie de secteur plutôt que l'hôpital. Voilà ce autour de quoi il est essentiel de se rassembler.


Ce rassemblement est urgent pour la profession, car les dangers s'amoncellent de la part de l'Etat : après le rapport Couty dont rien ne nous assure qu'il soit modifié, alors qu'il met en miettes le travail des 30 ans passés, comme l'avait fait le Président le 2 décembre 2008, voilà que nous arrive un projet qui nie tout intérêt à avoir pour les troubles psychiques graves, mais qui veut faire pleurer le citoyen sur la « santé mentale » des français et par ce biais proposer une approche de la vie quotidienne sous l'œil d'un hygiéniste, expertisé par un psychiatre, ce qui veut dire que les élus se voient subtilisée leur analyse ‘politique' de la vie quotidienne ; les choix du quotidien maintenant selon ce rapport seront expertisés au regard de la ‘santé mentale' dont les psychiatres seront les experts : ainsi la psychiatrie n'a plus de limites.
C'est dire s'il est urgent de rassembler toutes nos forces, de nous allier aux familles et au mouvement des usagers, la FNAPSY (lesquels, au passage, n'ont pas même été consultés dans ce rapport sur la santé mentale !).
Pour nous aider il semble certain que la multiplication de films comme « La morsure de la folie » est souhaitable. Mais il faut les multiplier. Il faut aussi des films montrant d'autres aspects des troubles psychiques graves, montrant des liens qui arrivent à se construire et à tenir entre familles, patients et équipes de soin. Car nous n'avons pas le droit de ne montrer qu'une part de la réalité, la part la plus dure, ni à rester constamment pessimistes. Il y a quotidiennement toute une suite de réussites dans les soins en France et depuis longtemps, et nous devons tous en témoigner. Autour de tels films nous pouvons réfléchir ensemble sur toutes les questions que nous venons de soulever, et surtout, ce qui n'arrive jamais dans les élaborations et les négociations, à partir de situations concrètes, d'expérience vécues et de leurs acteurs.

Nous ne conclurons pas. Il me semble essentiel de garder en image du film, la réalité de défi que constitue le trouble psychique grave, la détresse des familles, la part de raison gardée. Gardons en l'esprit simplement la force de ces images et la violence et la poésie des mots. C'est bien de l'humain qu'il s'agit là.

A Paris, le 27 novembre 2009

Docteur Guy Baillon
Psychiatre des Hôpitaux

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale