Billet de blog 27 déc. 2021

Au 1er janvier 2022 l'isolement - contention privé de base légale ...

Au 1er janvier 2022 il n'y aura plus de base législative couvrant l'isolement et la contention en psychiatrie, seule la recommandation de la HAS de mars 2017 sera le texte opposable.

André Bitton
Président du Cercle de réflexion et de proposition d'actions sur la psychiatrie (CRPA), ancien président du Groupe information asiles (GIA), ex-psychiatrisé.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué.

Paris, le 27 décembre 2021.

Au 1er janvier 2022 l'isolement - contention privé de base légale ...

D'après un article synthétique des ASH diffusé le 21 décembre (en pièce jointe), et deux dépêches d'Hospimedia dont une d'aujourd'hui (en pièce jointe), le Gouvernement et le Parlement n'ont pas été en état de prendre la réforme de l'isolement - contention par un autre vecteur législatif, dans le calendrier prescrit par le Conseil constitutionnel dans sa décision QPC du 4 juin 2021. Cela du fait de la censure par le Conseil constitutionnel le 16 décembre de l'article de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2022 qui introduisait un contrôle judiciaire systématique de l'isolement et la contention en psychiatrie, au motif que cet article est un "cavalier social" n'ayant pas sa place dans une telle loi.

Le Conseil constitutionnel avait fixé la date d'entrée en vigueur de l'abrogation de l'article sur l'isolement - contention au 31 décembre 2021 au plus tard, laissant ainsi près de 7 mois au Gouvernement et au Législateur pour passer d'un article introduisant un contrôle judiciaire de ces pratiques facultatif, à un contrôle judiciaire systématique et donc obligatoire.

Nous rappelons par ironie qu'en aucune manière le Gouvernement en place n'entendait prendre une telle réforme et que depuis le début, des requérants ainsi que des avocats spécialisés et engagés sur ce terrain des droits de l'homme, ont dû forcer les portes du Pouvoir central pour qu'un tel contrôle judiciaire entraînant un droit à la défense pour les patients isolés et/ou contentionnés puisse être instauré ...

En France en matière psychiatrique, où en sommes-nous ?

En pratique au 1er janvier 2022, et durant quelques jours, faute d'une réforme législative qui instaure un contrôle judiciaire systématique de ces pratiques, l'ensemble de ces mesures maintenues au-delà de 48 h pour une contention, et de 72  h pour une mise en isolement, seront purement et simplement illégales au sens strict : privées de base légale.

Au 1er janvier 2022 il n'y aura plus de base législative couvrant l'isolement et la contention en psychiatrie, seule la recommandation de la HAS de mars 2017 sera le texte opposable.

Ces pratiques seront quelques jours durant, au sens du droit public, des "voies de fait" : des actes insusceptibles de se rattacher à une prérogative de la puissance publique. Elles pourront prêter lieu à des saisines des juridictions par voie de référés en nombre, mais aussi à des condamnations indemnitaires en chaîne des établissements hospitaliers et de l'Etat. On voit mal des JLD à travers le pays statuer sur des mesures sur lesquelles ils n'ont plus de base législative qui les autorise à statuer ... Situation franchement scandaleuse.

C'est dire que dans ce pays, les personnes psychiatrisées sont en terme de simple humanité une telle quantité négligeable qu'on peut ne même pas prendre de législation digne d'une des premières puissances mondiales qui garantisse les droits de ces personnes pour les mesures les plus répressives et les plus deshumanisantes.

Nous persistons  à penser qu'il y a dans cette situation un net parallélisme avec ce qu'a été sous certains aspects la période coloniale, ainsi que la condition faite aux afro-américains au moment où les luttes pour la déségrégation ont pu gagner du terrain.

On se rappellera peut-être qu'il n'y a pas si longtemps, les "malades mentaux" (que nous préférons nommer "psychiatrisés") chronicisés en institutions asilaires étaient assimilables à un "bien meuble", à du bétail, dont la responsabilité se transmettait d'un médecin-directeur à l'autre. C'est la loi hospitalière de 1970 qui a mis fin aux médecins - directeurs des hôpitaux psychiatriques.

Net progrès de nos jour il n'y a plus de médecins directeurs mais par contre les pratiques de traitement des psychiatrisés comme du bétail se sont muées en pratiques qui transforment ces patients en  "non-humains" que l'on peut sangler et isoler en guise de prise en charge, certes de façon aussi protocolisée que possible. Ainsi les directeurs administratifs actuels et les équipes qui acceptent de suivre de telles modalités, traitent les personnes hospitalisées sans leur consentement non plus comme du bétail mais comme un stock de pièces de voitures par les procédés du lean  management…

Nos mobilisations sont plus que jamais nécessaires. 

Pour retrouver cet article sur le site du CRPA, cliquer sur ce lien

------------------------

CRPA - Cercle de Réflexion et de Proposition d’Actions sur la psychiatrie
Association régie par la loi du 1er juillet 1901 | Réf. n° : W751208044
Président : André Bitton. 14, rue des Tapisseries, 75017, Paris.
Pour nous contacter, cliquer sur ce lien

[1] Le CRPA est adhérent au Réseau européen des (ex) usagers et survivants de la psychiatrie (ENUSP / REUSP).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La majorité embarrassée par l’affaire Abad
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz