"L'HYPERACTIVITE , maladie fabriquée"par L.EISENBERG

Comme je me préoccupais de l'autisme infantile j'en avais oublié de m'étonner de "l'hyperactivité avec troubles de l'attention", cette nouvelle "chose" apparue il y a environ 15 ans sur les écrans de la psychiatrie nouvelle.

Qui a inventé ça, me demandais-je ? Pour l'autisme on le tient, c'est Leo, c'est Kanner. Mais le TDAH, qui a inventé ça ? 

Ce n'est pas simple de se renseigner à ce sujet. Les sites qui affirment l'existence de ce TDAH se bousculent. Ils sont très nombreux à proclamer la véracité vraie de cette affection qui ne peut manquer d'avoir des origines tapies au sein du génome. On cherche de ce côté et on commence à entrevoir des pistes... Jamais rien sur le père fondateur du TDAH. 

Impossible de trouver autre chose que la proclamation réitérée : Le TDAH existe. La preuve, entre autres, il est très bien soigné par la ritaline. Il existe des associations, des sites, des blogs, enfin tout l'attirail qui prouve l'existence...

Alors j'ai tapé : invention de TDAH

Et mon ordi, grace au mot clé "invention", m'a apporté la réponse : Leon Eisenberg. 

Psychiatre américain né en 1922 et mort en 2009.

En bref : ce grand pédopsychiatre imagine que l'agitation constatée chez certains enfants dans les années 60-70 pourrait être interprétée comme une séquelle d'affection neurologique moindre ou passée inaperçue.

Comme ce docteur fait partie de ceux qui établissent le DSM de l'époque il parvient sans trop de difficultés à faire intégrer sa trouvaille dans le "Livre".

Le succès dépasse toutes ses espérances, il est pris au sérieux, surtout par les labos qui dispensent les molécules de méthylphénidate. Le méthylphénidate possède toutes les vertus et tous les inconvénients d'une amphétamine mais ce n'est pas rigoureusement une amphétamine. Ca excite tout pareil les synapses dopaminergiques, ça éveille donc, ça concentre sur la tâche à accomplir, ça excite même sexuellement... Bref, une amphète... Et il est vrai que c'est souvent efficace pour engendrer une calme obnubilation, un effacement de l'ennui et de l'angoisse, un mieux être pour l'enfant et les parents.

Aujourd'hui, 10 pour 100 des jeunes américains prennent chaque jour leur dose...

Comme a confié Léon Eisenberg au magazine Spiegel 7 mois avant sa mort : je n'aurais pas cru que cette idée aurait autant de succès. Et pour finir, il ajoute quelque chose de sidérant, il avoue que :

"  Le TDAH est l'exemple même d'une maladie fabriquée", dans le texte ça donne exactement : " TDAH is a prime example of a fictitious disease".

Le Spiegel commente : Leon Eisenberg a pris ses distances avec ce qu'il nomme son pêché de jeunesse...

Aucune reprise, dans la presse française, de cet interview accordée au Spiegel. Rien ! On continue comme si de rien et sans se poser de questions à "poser" sans rire des diagnostics et à rédiger des ordonnances de ritaline...

Si j'étais ministre de la santé je ne changerais rien du tout pour l'instant. Il y a trop de familles et bien trop de médecins qui se sont équilibrés de cette manière pour rompre avec les croyances et les habitudes, même dangereuses. Il faut laisser les gars qui tiennent la tourelle de céramique située porte des Lilas, ceux de l'hôpital  Robert, il faut les laisser continuer à diagnostiquer et prescrire. Comme le disait aussi Léon Eisenberg, c'est rapide et les parents sont très satisfaits... En plus, certains scientifiques ont commencé d'isoler un séquence génétique assez troublante... On avance, on va finir par trouver le site génétique de l'imposture pourtant dénoncée par l'imposteur himself !

Mais si j'étais ministre de la santé, quand même, je crois que je leur donnerais à tous un délai, pas trop long, pour qu'ils se ressaisissent. 

 

 A lire et/ou à voir :    http://www.spiegel.de/spiegel/print/d-83865282.html  (article en allemand)

http://www.enigmes.tv/2013/05/26/sante/leon-eisenberg-le-tdah-est-lexemple-revelateur-dune-maladie-fabriquee-4951 (en français)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.