Billet de blog 29 août 2010

du rôle de l'infirmière dans une clinique psychiatrique

gaulthier roux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du rôle de l’infirmière dans une clinique psychiatrique Depuis un mois et demi, je « séjourne » dans une clinique psychiatrique de l’ouest lyonnais et je la trouve très bien pour une clinique non institutionnelle. Tout y est fait pour occuper le patient : réel atelier ergothérapique, réelle bibliothèque et, cerise sur le gâteau, un vrai bar avec terrasse où l’on peut consommer toutes sortes de boissons non alcoolisées à prix coûtant. Bien évidemment, ce n’est pas une colonie de vacances, et soins il y a. Les psychiatres, trois fois par semaine, prennent leur temps de vous écouter (15 à 30mn). J’en arrive à mon sujet. Les infirmières, dans l’établissement où je réside en ce moment ne sont que deux par rotation pour 25 lits, sont débordées de travail et n’ont pas toujours le temps nécessaire pour être en écoute des patients. Il faut donc que le patient fasse lui-même la démarche de demander de l’aide au personnel soignant et dans ce cas il est écouté. Beaucoup d’entretiens s’effectuent dans « la bulle », au vu et au su de tous. Pour ma part – et je précise bien que ce jugement n’est que très personnel – quand je suis au plus mal, il m’est impossible de demander de l’aide ; l’angoisse me saisit. D’ailleurs, je ne veux pas que les autres connaissent mon état, je veux être un caméléon parmi d’autres. Entendez bien que je ne mets nullement en cause les blouses blanches. Que faire ? Je prendrais l’exemple d’un autre établissement. J’ai fréquenté ce lieu chic de l’ouest parisien l’année dernière (L’ouest c’est toujours mieux, ruons-y nous !). Pour 12 lits il y avait deux infirmières. Elles passaient souvent vous voir dans votre chambre pour écouter, parler ; on aurait dit qu’elles avaient reçu une formation de psychologue. J’ai cru comprendre que c’était le cas avant mais que dorénavant toutes les infirmières recevaient la même formation de base. Détrompez-moi ; ou mettez vous en grève, signez des pétitions, virez le ministre responsable quelque soit le mandat qu’il occupe actuellement. La première clinique est à but non lucratif et la journée ne coûte que 270€ (moins que certains HP). La deuxième au contraire, à but très lucratif, coûte 570€ la journée, sans compter la consultation journalière du psychiatre à 75€ ; cette dernière durait l’espace de 3mn entre deux rosiers du ravissant parc. Le travail psychothérapique revenait donc essentiellement aux infirmières. Et elles l’assumaient avec le plus grand professionnalisme. Dans un cas comme dans l’autre, l’infirmière est au plus près du patient, et à de rares exceptions près, c’est elle le pivot de la guérison (hormis les médicaments). Dans mes précédents articles sur les CMP je les avais déjà mis en avant…n’en déplaise à certains. Existe-t-il des établissements réussissant le bon équilibre entre les deux exemples précités. Et si oui, comment les dénicher ? Depuis que je tourne dans des cliniques et CMP, j’aimerais trouver une sorte de guide Michelin des cliniques psychiatriques. S’il n’en existe point, je propose de me faire soigner à vie dans toutes les cliniques de France pour l’établir. Je suis pris à 100% et sans travail. Le début d’une insertion par le travail ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l'écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse