Quand la lutte paie

Un accord a été signé entre l'association Droit au logement (DAL) et le ministère du logement le 29 novembre 2013, qui prévoit le relogement des 300 familles de la place de la République dans « un délai le plus rapide possible », après examen de leur situation, et compte tenu des critères légaux de priorité en vigueur.

Un accord a été signé entre l'association Droit au logement (DAL) et le ministère du logement le 29 novembre 2013, qui prévoit le relogement des 300 familles de la place de la République dans « un délai le plus rapide possible », après examen de leur situation, et compte tenu des critères légaux de priorité en vigueur. Les personnes sans abri seront hébergées jusqu’à leur relogement, et si possible rapprochées de leur lieu de vie, lorsqu’il s’agit de familles avec enfants scolarisés.

 

Cet accord concernant 300 ménages, défendus par DAL, dont l’essentiel est prioritaire DALO, intervient après un mois et demi de bras de fer, qui avait entraîné la destruction du campement le 15 octobre dernier, accompagnée de brutalités policières qui s’étaient reproduites également le 19 octobre. Plusieurs plaintes avaient été déposées le 22 octobre à l'Inspection générale de la police nationale (IGPN).

 

Le 31 octobre, DAL avait obtenu du tribunal administratif le droit de manifester place de la République contre l’avis de la préfecture de police et les familles s’étaient alors réinstallées 24 heures sur 24 sur la place pour demander l’application et l’amélioration des lois, un plan d’urgence et leur relogement.

 

L’accord conclu le 29 novembre prévoit également que des améliorations à la loi Duflot soient discutées.

 

Le campement a été démonté samedi 30 novembre à partir de 13 heures, avant et pendant la manifestation contre le racisme, à laquelle DAL et les familles ont appelé et pris part.

 

Les mal-logés de République ont fêté leur victoire dimanche 1er décembre à 15 heures, sur la place, en remerciant leurs soutiens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.