Jérémie Szpirglas
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Contretemps

Suivi par 26 abonnés

Billet de blog 31 janv. 2012

La Flûte Enchantée expliquée aux enfants… et aux parents

Jérémie Szpirglas
Ecrivain et journaliste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© jesebbach

Depuis quelques années, les initiatives pour sensibiliser les jeunes à la musique classique se multiplient un peu partout — comme si l’on s’était soudainement alarmé du non renouvellement du public. Il n’est pas un orchestre, pas une maison d’opéra, pas un ensemble qui ne s’efforce de toucher un nouveau public. Exemple : l’opéra L’enfant et la nuit, de Franck Villard et Olivier Balazuc, actuellement présenté à Angers-Nantes Opéra.
Depuis le début d’année, cette Édition À contretemps du spectacle vivant se consacre principalement à la mise en lumière d’actions culturelles et de sensibilisation du jeune public à la création musicale. En attendant le prochain épisode de notre chronique autour du Grand Prix Lycéen des Compositeurs, il convient de nous arrêter sur d’autres types de projets. Avec L’enfant et la nuit, Angers-Nantes-Opéra vise les enfants des écoles primaires des Pays de la Loire — ainsi que leurs enseignants, parents, frères et sœurs. Mêlant ateliers pédagogiques, dans divers cadres (écoles, médiathèque, etc.) et nombreuses séances scolaires, le projet est d’autant plus séduisant qu’il se fait en partenariat avec une chœur d’enfants, la Maîtrise de la Perverie — certains parmi ces enfants ont d’ailleurs la chance de tenir un rôle chanté et parlé dans l’opéra, et notamment le rôle titre qui porte véritablement le spectacle de bout en bout (en ce 27 janvier ce sont Côme Forte (Virgile, le rôle titre), Anne-Cécile Robert (sa petite sœur) et Thomas Gérard).

La maitrise de la Perverie (L'enfant et la nuit) © Jef Rabillon


Et l’ouvrage en lui-même ? Fruit de la collaboration du compositeur et chef d’orchestre Franck Villard et du librettiste et metteur en scène Olivier Balazuc, créé au Théâtre de Vevey (Suisse) en 2010, L’enfant et la nuit est en réalité une relecture contemporaine, et version conte de fées décalé, de La Flûte Enchantée de Mozart.

Côme Forte, Sandrine Sutter, Franck Leguérinel © Jef Rabillon


Le côté conte de fées, c’est évidemment à destination des enfants. Tamino, le jeune premier, devient donc Virgile, un petit garçon intrépide qui promet à sa petite sœur de ramener le jour et de chasser la nuit, qui couvre le monde depuis que leur mère est tombée malade. La Reine de la Nuit devient Noctilia (incarnée par la mezzo Sandrine Sutter) : à mi-chemin entre Cruella et la méchante Reine de Blanche-Neige, elle préserve sa beauté légendaire en s’enduisant d’un onguent fait à partir de larmes d’enfants. Profitant du malheur de nos chères petites têtes blondes, c’est elle qui fait régner la nuit, pour le seul profit de son narcissisme. Et Papageno ? Il se décline en deux personnages : un chasseur de rêve qui a perdu le sommeil (le ténor Martial Defontaine), et un clown triste (le comédien Basile Dragon) — triste parce qu’un sortilège l’empêche de faire rire les enfants.
Quant au contemporain, il est plutôt réservé aux adultes — tout comme la langue, très littéraire et travaillée, et les nombreuses citations musicales qui jalonnent la partition (on entend bien sûr Mozart, mais pas seulement). Ainsi Noctilia est-elle une ancienne cantatrice (qui a connu son heure de gloire en chantant… la Reine de la Nuit). Elle exploite le malheur des enfants grâce au génie du Docteur Évariste (le baryton Franck Leguérinel), son âme damnée, qui, follement amoureux d’elle, répète tout ce qu’elle dit, comme Dupond et Dupont. Le chasseur s’appelle Mister W et le clown triste Yorick — et il parle avec un crâne et ne parvient à rompre son enchantement qu’en ratant son suicide.

Basile Dragon (Yorick, le clown triste) © Jeff Rabillon


Bref, porté par un langage musical post impressionniste aux couleurs cliquetantes et fantastiques — que renforcent la formation adoptée : deux pianos et deux percussionnistes —, L’enfant et la nuit est un spectacle sympathique pour petits et grands (même si on peut parfois se demander si les enfants comprennent tout, et particulièrement le vocabulaire employé, très recherché). Non pas une parodie, mais bien plutôt une variation, imaginative et fort bien construite, autour du chef-d’œuvre de Mozart.

> Nantes, Théâtre Graslin, le 27 janvier 2012
> Prochaines dates : Angers / Grand Théâtre, mercredi 1er, vendredi 3 février 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis